ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Cartes blanches - Transformation digitale

«Identité numérique: les bonnes questions à se poser?»


Retour au dossier

micael_weber-luxtrust.jpeg

La transformation digitale des sociétés crée de nombreuses opportunités, mais oblige à adapter ses processus internes pour en faire un véritable succès. Micaël Weber, global business development manager chez LuxTrust, nous indique quelles sont les questions à se poser avant d’entamer cette démarche et donne également quelques exemples pratiques.

Dans tout projet de transformation digitale, la première chose à faire est de définir les processus que l’on souhaite digitaliser, ainsi que les personnes ou organisations qui vont être impactées. Vous devez identifier le «quoi digitaliser» et le «qui sera concerné» avant d’envisager le «comment le mettre en place».

Il est important de se poser en premier lieu la question de la validation du profil digital des personnes avec lesquelles vous allez interagir. Comment s’assurer de leur identité numérique?

Une transformation digitale réussie commence en effet par la mise en place d’un écosystème offrant des garanties élevées en matière d’accès aux données. Vous avez besoin d’être certain que toutes les personnes et organisations impactées ont le niveau d’habilitation nécessaire, et qu’elles sont bien celles qu’elles prétendent être. Une identité numérique forte est de fait la clé de voûte de la transformation digitale, et permet de garantir un niveau de sécurité optimal.  

Cette identité numérique est délivrée par une autorité de certification comme LuxTrust, et elle apporte la même garantie dans le monde digital qu’un passeport dans la vie quotidienne. 

Il existe trois différents niveaux d’identité numérique.

Micaël WeberMicaël Weber, Global business development manager ( LuxTrust )

Il est important de comprendre qu’il existe trois différents niveaux d’identité numérique, qui dépendent des processus suivis au moment de l’identification des utilisateurs: faible, substantiel et élevé. Il faudra que l’entreprise impliquée dans un processus de digitalisation définisse le niveau d’identité numérique le mieux adapté à ses utilisateurs. Cela se fera en fonction des critères de sécurité attendus, des actions qu’ils vont devoir entreprendre et des contraintes juridiques.

Prenons l’exemple de la signature électronique, qui est primordiale dans la dématérialisation des processus d’une entreprise. De nombreuses plateformes proposent déjà aujourd’hui des solutions de signature en ligne, mais il faut être conscient que la valeur juridique d’une signature électronique est directement liée au niveau de l’identité numérique qui lui est associée. Si vous signez un document en ligne avec une identité dite substantielle et sous certaines conditions, votre signature aura alors la même valeur juridique qu’une signature manuscrite. Ce type de signature sera préféré pour des documents ou contrats tels que l’ouverture d’un compte bancaire, d’une police d’assurance, la validation des comptes d’une société ou bien un rapport d’analyses médicales. Pour des applications pour lesquelles le risque de contentieux est plus réduit ou pour des échanges sans impact financier direct, comme des documents échangés avec l’école de votre enfant, un niveau de signature inférieur peut être suffisant. C’est à chaque entreprise et organisation de vérifier cela en fonction de son domaine et de la réglementation à laquelle elle est soumise.

La transformation digitale est indispensable à toute entreprise.

Micaël WeberMicaël Weber, Global business development manager ( LuxTrust )

Nous avons accompagné plusieurs sociétés dans la mise en place de leur transformation digitale, et j’aimerais vous donner à présent deux exemples concrets.

Une banque privée a souhaité donner accès en ligne à sa plateforme de gestion de placements pour ses clients, répartis dans de nombreux pays européens. Nous avons revu avec eux la procédure d’enrôlement, et nous avons attribué à chacun de leur client une identité substantielle leur permettant de s’authentifier et de valider des transactions en ligne à partir de l’application mobile mise à leur disposition par cette banque privée.

Une autre entreprise est passée à la facturation électronique. Afin de garantir que le contenu de leurs factures n’a pas été modifié entre le moment où elles ont été émises et le moment où leurs clients les ont reçues, ils ont décidé de mettre en place une solution de cachet électronique pour chacune de leurs factures. Ce cachet électronique permet à leurs clients, à partir de leur Adobe Reader, de s’assurer que les factures proviennent bien de la bonne société et n’ont pas été contrefaites.

En résumé, la transformation digitale est indispensable à toute entreprise, mais celle-ci doit être adaptée en fonction de leurs besoins et se faire en concertation avec des partenaires de confiance, dont LuxTrust fait partie.