POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Commission spéciale sur les LuxLeaks

Frank Engel: «Le Luxembourg n’a rien à cacher»



Frank Engel met en avant un centre financier luxembourgeois «propre et bien régulé». (Photo: paperJam / Archives)

Frank Engel met en avant un centre financier luxembourgeois «propre et bien régulé». (Photo: paperJam / Archives)

Le Luxembourgeois Frank Engel fait partie de la commission spéciale sur les LuxLeaks instituée au sein du Parlement européen. Dans une interview publiée ce lundi matin par le Quotidien, il parle de ces rescrits fiscaux et du futur des politiques fiscales menées par les États membres.

L’eurodéputé Frank Engel a accordé une interview à nos confrères du Quotidien dans laquelle il évoque la mission assignée à la commission spéciale – dont il fait partie – instituée par le Parlement européen suite à l’affaire des LuxLeaks.

Il indique tout d’abord que beaucoup de ses collègues au sein de cette commission l’ont interrogé sur la politique luxembourgeoise en matière de rescrits fiscaux «même s’ils ont conscience que nous sommes loin d’être les seuls à pratiquer cela».

«Mais d’autres sont franchement hostiles au Luxembourg», ajoute-t-il, «comme Eva Joly qui est d’avis que ce pays est un État parasite».

Logique commune, imposition juste

Sur la tâche de cette commission, Frank Engel dit s’attendre à ce qu’elle se focalise sur les pays où cette pratique des rulings est – ou était – très développée, notant qu’il avait insisté auprès des acteurs luxembourgeois pour qu’ils se montrent coopératifs «puisque, en fin de compte, nous n’avons rien à cacher».

«Il s’agit maintenant d’expliquer la pratique des rescrits qui est certes contestée mais qui n’a rien d’illégal», ajoute l’eurodéputé luxembourgeois.

Sur ce vers quoi il faut tendre, Frank Engel évoque une logique commune qui tient en une imposition juste. «Il peut y avoir une continuité de concurrence fiscale mais dans un cadre organisé», justifie-t-il, indiquant en outre que pour l’imposition des sociétés, il faut revenir à une base d’imposition commune, comme le Luxembourg le réclame depuis longtemps».

Un centre financier propre et bien régulé

Enfin, interrogé sur la direction que doit prendre le nation branding du pays, Frank Engel souligne «qu’il faut expliquer ce que le Luxembourg peut être et, inversément, ce qu’il ne peut pas être et ne sera jamais».

Le Grand-Duché est selon lui «un tout petit territoire avec une économie basée aux neuf dixièmes sur des services à dominante financière».

«Il connaît son métier et tout le monde peut y profiter d’un centre financier propre et bien régulé dans la zone euro», indique encore Frank Engel, soulignant, dans le cadre du nation branding, que vendre en ce moment la compétence de la place financière n’était pas mal choisi du fait que «c’est précisément dans les moments où on est acculé qu’il faut savoir rebondir».