PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Les fintech, de quoi parle-t-on?

«Fintech: priorité à l’action»


Retour au dossier

900x600_image_article_gael_denis_ey.jpg

Le terme «fintech» désigne l’ensemble des technologies appliquées au secteur financier: d’un côté, des start-up qui créent des offres de services financiers exclusivement digitales, et de l’autre, des institutions financières qui intègrent des solutions digitales en leur sein.

La digitalisation révolutionne l’économie au sens large. La finance a déjà observé de nombreux changements d’infrastructure ces dernières décennies, mais sur des architectures lourdes qui nécessitent plus d’efforts de digitalisation que les technologies plus récentes. Si ce secteur a connu de nombreuses évolutions, il reste encore du chemin à parcourir pour une intégration des technologies digitales au fonctionnement de ces institutions. Mutations qui se veulent profondes et à plusieurs niveaux.

En effet, de nouveaux acteurs émergent, de nouveaux business models se développent et les pratiques du consommateur de produits financiers changent. Ces mêmes consommateurs ne veulent plus se contenter d’acheter un produit qu’on leur offre, mais souhaitent désormais définir les services et les produits dont ils ont besoin. Au regard de ce bouleversement de l’offre et de la demande, la «révolution fintech» a bel et bien lieu.

Les consommateurs souhaitent désormais définir les services et les produits dont ils ont besoin.

Gaël DenisGaël Denis, Technology media & Telecom partner - Fintech leader (EY Luxembourg)

Un peu d’histoire... Les prémices réglementaires des fintech sur le marché européen remontent à 2009, avec l’implémentation de la Directive européenne sur les services de paiement (PSD), qui avait créé un statut pour les sociétés de paiement et une nouvelle législation pour les monnaies électroniques. Ce texte a notamment permis l’installation des premières sociétés de ce type au Luxembourg, a offert la possibilité d’obtenir une licence dans un pays et de pouvoir appliquer ses services dans toute l’Union européenne. 

Il faut être à la pointe sur le sujet des fintech pour aller conquérir de nouveaux marchés.

Gaël DenisGaël Denis, Technology media & Telecom partner - Fintech leader (EY Luxembourg)

Au-delà du concept, quelle est la valeur ajoutée recherchée pour la Place auprès des fintech?

La Place est extrêmement dépendante de son secteur financier, qu’il s’agisse de l’industrie des fonds, du secteur bancaire ou de l’assurance. Les fintech font émerger une problématique de positionnement stratégique de l’industrie financière, des entreprises qui existent au Luxembourg ainsi qu’une approche différente en matière d’emploi plus globalement. Les nouveaux modèles d’affaires et les mutations générées auront un impact considérable sur le pays.

Il est donc essentiel d’être informés au mieux, afin de mieux anticiper ces changements. Il faut également être à la pointe sur le sujet pour aller conquérir de nouveaux marchés. Les fintech offrent de nombreuses opportunités dans la gestion de fortunes tels les robo-advisors. On sait que les millenials n’investiront plus dans ce domaine comme l’ont fait les générations précédentes. Et donc les fintech présentent un fort potentiel pour la conquête de nouveaux marchés. La deuxième Directive sur les services de paiement (PSD2), qui sera applicable à compter de janvier 2018, induira une plus grande transparence des données détenues par les banques. Plus ouvert, le secteur bancaire offrira des opportunités intéressantes pour l’installation de start-up fintech dans le pays.

Le Luxembourg a les moyens d’être pionnier sur les fintech, notamment en acquérant des compétences sur la blockchain.

Gaël DenisGaël Denis, Technology media & Telecom partner - Fintech leader (EY Luxembourg)