POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Nouvelles technologies

EuroHPC définitivement au Luxembourg



Utilisé pour faire des simulations numériques dans le domaine industriel, scientifique ou médical, le calcul à haute performance exige tellement de ressources que les calculs ne peuvent être effectués à l’aide d’ordinateurs à usage général. (Photo: Licence C.C.)

Utilisé pour faire des simulations numériques dans le domaine industriel, scientifique ou médical, le calcul à haute performance exige tellement de ressources que les calculs ne peuvent être effectués à l’aide d’ordinateurs à usage général. (Photo: Licence C.C.)

Annoncée par la Commission européenne en janvier dernier, l’installation du siège du supercalculateur européen au Luxembourg a été «définitivement décidée» ce lundi.

EuroHPC, ce projet de supercalculateur européen, prendra officiellement domicile au Luxembourg. Déjà annoncée en janvier dernier par la Commission européenne, l’installation du siège de l’entreprise commune EuroHPC a été «définitivement décidée» ce lundi.

«En tant que nouvelle structure juridique et financière, EuroHPC supervisera à partir du Grand-Duché la mise en commun des ressources pour développer et mettre en place un réseau européen de superordinateurs», explique le communiqué du gouvernement grand-ducal.

Investissement d’un milliard d’euros

Pour rappel, l’initiative EuroHPC est la suite concrète de la déclaration signée en mars 2017 à Rome par plusieurs pays de l’UE, dont le Luxembourg, la France, l’Allemagne ou encore les Pays-Bas, pour donner le coup d’envoi officiel de la stratégie d’implantation d’un réseau HPC européen dont le Grand-Duché était l’initiateur.

Courant 2017, la Belgique, la Slovénie, la Bulgarie, la Suisse, la Grèce et la Croatie ont rejoint l’initiative. D’ici 2020, la structure EuroHPC gérera à partir du Luxembourg environ un milliard d’euros de fonds publics qui seront investis dans l’initiative. La contribution de l’UE sera de l’ordre de 486 millions d’euros, complétée par un montant similaire provenant des États membres et des pays associés.

Ils seront, avec la Commission européenne, les actionnaires de cette structure commune. En attendant la réalisation de ce réseau européen de superordinateurs, le Luxembourg sera équipé d’ici 2019 de son propre superordinateur, qui sera connecté au futur réseau EuroHPC et dont l’installation pourra bénéficier d’un co-financement européen à hauteur de 35%.