POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Culture

Esch 2022 en suspens pour raisons politiques



esch2022.png.png

De gauche à droite: Janina Strötgen, Vera Spautz (ancienne bourgmestre d’Esch, LSAP), Andreas Wagner, Xavier Bettel, Georges Mischo (nouveau bourgmestre d’Esch, CSV), Guy Arendt et Pim Knaff le 10 novembre. (Photo: Service Information et Presse du Gouvernement)

La nouvelle coalition à Esch, CSV–Déi Gréng–DP, souhaite repenser la structure décisionnelle de la Capitale européenne de la culture, Esch 2022, rapportent le Tageblatt et le Land. Le projet semble à l’arrêt et le succès d’Esch 2022 pourrait être compromis.

«Purge anti-intellos», titrait le Land ce vendredi, tandis que mercredi déjà, le Tageblatt évoquait des «Qui dirigera Esch 2022?», concernant la Capitale européenne de la culture, Esch 2022.

Selon le Land, la coalition CSV-Déi Gréng-DP, soutenue dans sa démarche par le ministère de la Culture, dirigé par le DP, souhaiterait adopter une approche de gestionnaire en repensant la structure et en réfléchissant «à chaque centime d’euro dépensé» par l’asbl dirigeante.

Ainsi, il serait envisagé de ne prolonger que de six mois les contrats de la directrice artistique, Janina Strötgen, et du coordinateur général, Andreas Wagner, ceux qui avaient développé la candidature d’Esch 2022 et gagné la confiance du jury européen le 10 novembre.

Libéraux contre intellos?

Le Land estime que le nouvel échevin de la Culture à Esch, le libéral Pim Knaff, et le secrétaire d’État à la Culture, le libéral Guy Arendt, avanceraient des «arguments de gestionnaire servant à éliminer des intellectuels, qu’on soupçonne de ne pas avoir la conscience assez libérale, assez pro-gouvernementale».

Le 10 novembre, l’enthousiasme du gouvernement était pour le moins modeste, comme le notait le journaliste du Wort, Diego Velazquez.

D’après le Tageblatt, le conseil d’administration de l’asbl Esch 2022 se réunira le 12 décembre. Le Quotidien, pour sa part, rapportait ce vendredi que le Premier ministre et ministre de la Culture, Xavier Bettel (DP), ne s’occuperait pas du dossier, «laissé entièrement à la charge de son secrétaire d’État», Guy Arendt.

Le Land indique que Janina Strötgen et Andreas Wagner ont annoncé que s’il y avait un nouvel appel à candidatures pour leurs postes, ils ne se représenteraient plus.

Pourtant, les éditions de Capitale européenne de la culture, Luxembourg 1995 et Luxembourg 2007, avaient si bien fonctionné sans ingérences politiques à outrance. Les deux éditions n’avaient d’ailleurs pas dépassé leurs enveloppes budgétaires...