POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Circulation des billets

Draghi prend la défense du Luxembourg



Les émissions nettes de billets par la Banque centrale du Luxembourg ont atteint l’an dernier un montant de 1,1 milliard d’euros. (Photo: DR)

Les émissions nettes de billets par la Banque centrale du Luxembourg ont atteint l’an dernier un montant de 1,1 milliard d’euros. (Photo: DR)

Pour le président de la Banque centrale européenne (BCE), la forte migration du Luxembourg vers l’étranger de billets de 500 euros n’est pas liée à de l’évasion fiscale ou du blanchiment d’argent.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a tenté de mettre fin cette semaine à la polémique sur les billets de 500 euros. Dans un courrier qu’il a adressé à l’eurodéputé allemand Fabio de Masi (Gauche unitaire européenne), il affirme qu’il y a seulement un «lien faible» entre les émissions nettes de billets européens par le Luxembourg et son PIB, soulignent ce mercredi nos confrères du Wort.

Une polémique persiste depuis plusieurs années sur la question de savoir où disparaissent à l’étranger les grosses coupures en euros émises par le Luxembourg. Le Financial Times avait décrit le Luxembourg comme «l’un des plus gros émetteurs de billets de 500 euros» et avait dressé un lien entre ces «disparitions» et le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale.

Cependant, Draghi avance le tourisme et les frontaliers pour expliquer la grande migration de billets par laquelle s’illustre le pays.

«L’impact de la migration de billets est plus fort dans les petits pays parce qu’ils sont comparativement davantage fréquentés par des étrangers que les grands pays», explique le président de la BCE. Selon la Banque centrale du Luxembourg (BCL), les émissions nettes de billets ont atteint l’an passé une valeur de 1,1 milliard d’euros, soit 1,1% de plus que l’année précédente, rappelle également le Wort.