POLITIQUE & INSTITUTIONS

Circulation entre le Findel et Sandweiler

Deux chantiers au lieu d’un au Irrgärtchen



Comme annoncé fin octobre, le rond-point situé entre le Findel et Sandweiler sera transformé, d’ici le second semestre 2018, en «rond-point turbo». Tout comme son homologue de Sandweiler, également en situation de saturation.

Saturé aux heures de pointe, particulièrement le soir, le rond-point Irrgärtchen fera bel et bien peau neuve d’ici la fin 2018. Annoncée fin octobre dans une réponse parlementaire, la transformation de l’infrastructure en «rond-point turbo» a été détaillée mercredi. Et ce qui a été annoncé ne concerne pas seulement le rond-point Schaffner, mais aussi le rond-point de Sandweiler, situé à deux kilomètres.

«Aménager l’un sans réaliser l’autre n’aurait pas de sens en raison de la connexion directe qui existe entre les deux», indique mercredi François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures. Les travaux, qui devraient durer 15 mois, prévoient donc de transformer les deux infrastructures routières en «ronds-points turbo», à l’image de ce qui a été réalisé au Kirchberg avec le rond-point Serra.

Hausse attendue du trafic

Pour permettre la circulation des quelque 4.900 véhicules par heure attendus aux heures de pointe du soir à l’horizon 2020, l’Irrgärtchen connaîtra la transformation la plus notable. Outre l’ajout de nouvelles voies d’entrée, le réagencement des voies de circulation ou l’installation de feux tricolores, le rond-point bénéficiera d’une voie circulaire supplémentaire. Objectif: «absorber les 9% de trafic supplémentaires le matin et les 18% de plus attendus en 2020 et au-delà», explique Roland Fox, directeur adjoint des Ponts et Chaussées. «Pour cela, l’accent sera mis sur les bretelles permettant de desservir le Kirchberg et Gasperich.» Au total, ce sont quelque 10.000m² de surface de circulation qui seront créés.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Les aménagements prévus au rond-point de Sandweiler sont plus modestes, mais répondent au même objectif. Car comme l’Irrgärtchen, l’infrastructure se trouve actuellement en situation de saturation, notamment en direction de Contern et de Sandweiler. L’ajout de nouvelles voies d’entrée en provenance de ces deux directions problématiques, l’aménagement de la chaussée pour limiter les changements de file et la création de deux voies afin de rejoindre directement le rond-point Schaffner doivent permettre de supporter une hausse du trafic estimée à 30% le matin et 22% le soir, à l’horizon 2020.

Le rond-point de Sandweiler sera également repensé et transformé, pour permettre d'absorber une hausse du trafic pouvant aller jusqu'à 30% d'ici à l'horizon 2020. (Photo: Ponts et Chaussées)

Côté budget, François Bausch a fait état «d’une enveloppe de 9,9 millions d’euros». Mais cette dernière ne concerne que les seuls travaux envisagés pour l’Irrgärtchen. Ceux prévus pour le rond-point de Sandweiler n’ont pas été chiffrés, «car les études sont encore en cours». Selon les estimations des Ponts et Chaussées, les travaux devraient durer 280 jours ouvrés «même si la soumission définitive est en cours et pourrait aboutir à des délais plus courts», estime Roland Fox. Le ministre, de son côté, aimerait qu’«une réflexion générale ait lieu sur cette question pour permettre notamment de réaliser les travaux au cours de l’été, lors de la saison creuse».

Une référence directe aux décisions rendues par la commission chargée de valider les dates des chantiers. Une commission composée des représentants du patronat, des syndicats et de représentants du ministère du Travail et dont les recommandations sont généralement suivies. «Si les règles qui nous sont imposées étaient différentes, les chantiers auraient d’autres calendriers», glisse François Bausch.