POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Depuis le Forum économique mondial

Cisco veut accélérer le «Digital Lëtzebuerg»



image1.jpg

L’internet des objets est un des quatre axes de travail retenus pour signer cet accord. (Photo: Ministère d'État)

Le groupe ICT et le Premier ministre annoncent à Davos un accord important dans le processus de numérisation du pays. Le Luxembourg rejoint le cercle des 16 autres pays dans lesquels Cisco s’est déjà associée aux pouvoirs publics.

Au Forum économique mondial, qui a pour objet cette année la définition de nouveaux rapports économiques dans la mouvance de la «shared economy», Cisco et le gouvernement luxembourgeois viennent d’annoncer un accord qui pourrait faire date.

Les deux parties viennent en effet de s’accorder par un protocole d’entente sur une collaboration dans le cadre de la numérisation du pays, en prolongement de l’initiative «Digital Lëtzebuerg».

Win-win

Concrètement, Cisco va investir des moyens (non précisés à ce stade) dans quatre piliers, qui ont par ailleurs été définis comme prioritaires pour le gouvernement: éducation, cybersécurité, internet des objets et technologie financière.

«Nous sommes heureux de nous associer à Cisco afin de développer davantage l’innovation numérique et la compétitivité de notre pays, qui vont de pair avec la création de nouveaux emplois et la sécurisation des emplois existants», déclare le Premier ministre Xavier Bettel dans un communiqué de presse. «En modernisant notre système éducatif, nous allons encourager les citoyens à participer activement à l’économie numérique.»

Le programme prévu sur trois ans se raccroche au concept de Cisco baptisé «Country Digital Acceleration», et qui a ouvert la voie au groupe à la collaboration avec des gouvernements de 16 pays, dans l’optique de s’adapter aux besoins et objectifs locaux. Plus de 250 projets sont annoncés par Cisco dans les domaines du transport intelligent, des villes intelligentes, de la santé en ligne et de l’éducation connectée. L’enjeu pour les gouvernements est de disposer des capacités d’un groupe tel que Cisco qui, quant à lui, se positionne dans un marché globalisé de la donnée et des besoins croissants des pouvoirs publics.

Les actions prévues dans ce programme

Les détails n’ont pas encore été dévoilés, mais il s’étendra sur trois ans:

  1. Éducation: Cisco va ouvrir une Networking Academy (NetAcad) à l’Université du Luxembourg afin de dispenser une formation gratuite aux citoyens pour l’acquisition de compétences IT. La NetAcad forme chaque année un million d’étudiants dans l’un de ses 9.500 centres de formation. 
  2. Cybersécurité: Cisco apportera son expertise en la matière et fournira des solutions aux pouvoirs publics.
  3. Internet des objets: Le gouvernement et Cisco veulent œuvrer à «connecter ce qui ne l’est pas encore et à développer un environnement IoT afin de favoriser la croissance de l’économie numérique et de créer de nouveaux emplois».
  4. Technologie financière: L’intervention dans ce pilier se concentrera aussi sur la cybersécurité, avec la fourniture de «systèmes extrêmement sécurisés qui permettront aux fournisseurs de services financiers de réduire le risque de cyberattaques et d’améliorer l’expérience client».

Il est temps désormais d’accélérer le rythme de l’innovation pour concrétiser la vision d’un Luxembourg véritablement numérique.

Chuck Robbins, CEO et président de Cisco

«Le Luxembourg est un grand innovateur en Europe depuis de nombreuses années, et il est temps désormais d’accélérer le rythme de l’innovation pour concrétiser la vision d’un Luxembourg véritablement numérique», déclare Chuck Robbins, CEO et président de Cisco.

Plus de détails à venir sur cet accord sur Paperjam.lu.