ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Information

Artemis reprise par son fondateur



Philippe Petit: «Nous sommes très contents de retrouver notre indépendance.»   (Photo: Luc Deflorenne)

Philippe Petit: «Nous sommes très contents de retrouver notre indépendance.» (Photo: Luc Deflorenne)

Fondée voici vingt ans et active dans le secteur des statistiques et des analyses économiques, la société Artemis Information Management est repassée entre les mains de Philippe Petit. Une façon pour elle de gagner en autonomie et de maîtriser son développement.

Détenue depuis 2002 par le groupe Informer, coté en Bourse d’Athènes, Artemis Information Management revient sous giron 100% luxembourgeois au terme d’une opération de LMBO (Leverage Management Buy Out). L’histoire est singulière. Philippe Petit, fondateur de la société en 1991, en reprend aujourd’hui les pleines commandes après avoir passé près de dix ans sous l’égide d’un groupe international. Une décennie durant laquelle il en a assuré la gestion journalière, tout en suivant de près l’évolution du marché. Mais depuis deux ans, l’envie de reprendre ses billes a fait son chemin, jusqu’à l’aboutissement. «Cette expérience nous a permis de nous développer, mais nous sommes désormais très contents de retrouver notre indépendance, confie le «nouveau» patron. Notre priorité est d’assurer la gestion pérenne de l’activité et de l’entreprise en général, en s’éloignant des turpitudes de la Bourse. Artemis est un acteur de niche qui souffre peu de la conjoncture et nous voyons un grand potentiel de développement dans notre activité.»

Accompagnée dans ce processus de transmission par Tenzing Partners, société luxembourgeoise spécialisée dans les opérations de fusion-acquisition, cession et levée de fonds en Europe occidentale, Artemis a su convaincre, grâce à un business model éprouvé, divers partenaires luxembourgeois (parmi lesquels Dexia BIL) et les supports étatiques traditionnels.

Intelligence économique

Depuis 20 ans, la société a développé son savoir-faire dans les domaines du traitement et de l’interprétation de données macroéconomiques et de l’intelligence économique. «Le point de départ a été d’utiliser de nouvelles compétences en informatique, des outils performants pour répondre aux besoins croissants des entreprises et des administrations face à l’augmentation exponentielle des sources et du volume d’informations disponibles, explique Philippe Petit. Dans ce contexte, l’un de nos premiers clients a été Eurostat, le service statistique de la Commission européenne.»

Depuis lors, Artemis s’est fait une spécialité des marchés publics. Elle vient en appui de nombreuses organisations et exporte désormais son expertise à travers le monde. L’objectif premier est de canaliser la masse d’informations aujourd’hui disponibles et d’en extraire toute la substance. «Notre rôle est de transformer une donnée brute en connaissance et de rendre celle-ci disponible sous une forme immédiatement utilisable pour permettre au décideur de faire les bons choix ou de mesurer les effets de son action.»