POLITIQUE & INSTITUTIONS

Administration

Adem : Scholtus ne baisse pas les bras



adem_scholtusm_4160.jpg

Mariette Scholtus n'a visibliment pas digéré d'avoir été démise de ses fonctions fin juin. Elle vient de déposer un recours auprès du Tribunal administratif. Le ministre Nicolas Schmit justifie sa décision, en parlant d'un « management désastreux».

Mariette Scholtus n'a pas l'intention de se laisser faire. Quelques semaines après avoir été démise de ses fonctions de directrice de l'Adem, elle vient de déposer un recours auprès du Tribunal administratif.

Révélée par plusieurs médias luxembourgeois, l'information est confirmée par le ministère du Travail et de l'Emploi.  Déposé le 9 août, le recours est arrivé le lendemain sur le bureau du ministre Nicolas Schmit.

L'annonce avait étonné par sa brutalité, alors que ses plus proches collaborateurs, au sein de l'Agence pour l'emploi, n'avaient pas été informés de ce remaniement. « Nous sommes surpris d'apprendre la nouvelle par voie de presse», avait commenté à chaud Pierre Schloesser, membre du comité de direction.

Remplacée par Géry Meyers

En poste depuis 12 ans, Mariette Scholtus était en congé, le 20 juin, quand la décision a été prise, et la nouvelle rendue publique. Elle avait été la première femme à accéder à la direction d'une grande administration étatique luxembourgeoise.

C'est Géry Meyers, conseiller de direction 1e classe au ministère des Affaires étrangères, qui a été nommé à sa place, le jour même.

La méthode avait même valu à Nicolas Schmit d'être interpellé à la Chambre des députés. Le ministre s'était alors dit « étonné de la bronca», suscitée par cette décision.

Contacté par paperJam.lu ce lundi, le ministre Nicolas Schmit s'est justifié : « Ce qui m'intéresse, ce sont les personnes qui n'ont pas de travail, le problème du chômage et la mise en place d'une Adem moderne. Personne n'ignore le management relativement désastreux de l'Adem sous la précédente direction. C'est ce qui a justifié la décision du gouvernement».

Le ministre conteste le caractère brutal de cette éviction. «Madame Scholtus en a été informée devant témoin avant que la décsiion ne soit rendue publique.»