LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Mobilité

En construction

Un mock-up pour la passerelle du Mudam



Un prototype de la passerelle a été installé dans le parc à proximité du bastion. (Photo: Romain Girtgen)

Un prototype de la passerelle a été installé dans le parc à proximité du bastion. (Photo: Romain Girtgen)

La conception de la passerelle piétonne et cyclable «Bastion-Mudam» progresse. Un mock-up a été installé sur le site et permet de se rendre compte de l’effet final singulier, notamment grâce au poli miroir.

Suite à un concours organisé par le Fonds Kirchberg, l’équipe composée de Marc Mimram Architecture Ingénierie et Fabeck Architectes a remporté la conception de la passerelle piétonne et cyclable qui reliera l’avenue J. F. Kennedy au parc des Trois Glands en traversant la forêt et permettra d’accéder plus aisément au Mudam. Depuis, l’équipe des ingénieurs-conseils du bureau Greisch a rejoint le projet. Cette passerelle fait partie de la stratégie du Fonds Kirchberg pour rendre l’espace public aux piétons et aux cyclistes.

Une passerelle entre nature et culture

La conception architecturale de la passerelle est assez singulière: soucieux de s’intégrer au mieux sur le site de la forêt domaniale, les architectes et ingénieurs ont imaginé une passerelle qui reflète son environnement. Par ailleurs, la passerelle rejoignant un musée, son esthétique développe un caractère plastique fort, quasi sculptural. Elle se confronte donc à deux composantes essentielles: la nature et la culture.

Un grand respect du site

Afin de préserver le maximum d’arbres, la passerelle emprunte un cheminement sinueux qui permet de vivre une expérience à travers la frondaison des arbres. Dans le souci de minimiser son emprise au sol, la structure de la passerelle est développée entre des piles dont le nombre est limité le plus possible. Également dans une attitude de respect du site, son montage est étudié de manière à déranger le moins possible l’environnement, et relève plutôt de l’artisanat: la mise en place se fera par des grues positionnées, la passerelle est découpée en morceaux de taille manipulable, l’assemblage se fait par boulonnage.

 L’environnement se reflète dans l’inox poli. (Photo: Romain Girtgen)

1 / 6

 L’épaisseur du tablier varie pour répondre aux différentes contraintes. (Photo: Romain Girtgen)

2 / 6

 Des gabarits de la passerelle ont été disposés en collaboration avec l’Administration de la nature et des forêts. (Photo: Romain Girtgen)

3 / 6

 Vue du projet conçu par Mimram Ingénierie et Fabeck Architectes. (Visuel: Mimram Ingénierie et Fabeck Architectes)

4 / 6

 Tout au  long de la passerelle, des bancs permettront de faire une pause. (Visuel: Mimram Ingénierie et Fabeck Architectes)

5 / 6

La passerelle tendra à se fondre dans le contexte boisé. (Visuel: Mimram Ingénierie et Fabeck Architectes)

6 / 6

Une esthétique liée à la structure

La passerelle a été conçue de manière à ce que le cheminement des efforts façonne le caisson du tablier. Ce dernier est de taille variable, ce qui permet de reprendre la torsion liée à la courbure du tracé. Dans les élargissements du tablier, là où la structure émerge, sont installées des places de contemplation, avec des bancs.

C’est l’acier inoxydable type Duplex qui a été retenu comme matériau de construction, et ceci pour ses caractéristiques mécaniques, sa résistance aux intempéries, sa durabilité (pas besoin d’ajouter une peinture anticorrosion) et ses faibles besoins d’entretien. Il peut aussi recevoir un polissage miroir sur les faces extérieures et brossé sur les faces intérieures, traitements qui confèrent une esthétique singulière à la passerelle, qui joue ainsi fortement avec l’environnement pour les faces extérieures. L’ensemble des équipements seront aussi en inox dans un souci de cohérence et d’uniformité des matériaux mis en œuvre. Toutefois, l’inox est très peu utilisé en Europe de l’Ouest pour réaliser entièrement des ouvrages d’art. C’est un matériau qui est plutôt utilisé ponctuellement, pour des pièces spécifiques ou des environnements très agressifs. C’est pourquoi les concepteurs ont souhaité réaliser un prototype pour régler des détails techniques de fabrication et de mise en œuvre. C’est ce prototype qui est actuellement visible sur site. Précisons également que les garde-corps vitrés permettent de maintenir la visibilité du parcours et la transparence vers les éléments de structure en superstructure.

Enfin, une sculpture de l’artiste Monika Sosnowska sera placée au niveau du bastion et agira alors comme un signal à proximité de la passerelle.

Fiche technique

Maître d’ouvrage: Fonds Kirchberg

Maître d’ouvrage délégué: Administration des ponts et chaussées

Maîtrise d’œuvre: Marc Mimram Architecture Ingénierie, Fabeck Architectes, Bureau Greisch

Durée des travaux: 18 mois

Début des travaux: automne 2021

Mise en service: printemps 2023

Budget total: 4 millions d’euros