COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

L’observatoire de l’immobilier

La mobilité, un défi complexe



Vincent Bechet, Partner & Président Exécutif d’INOWAI, et François Bausch, ministre de la Mobilité au Luxembourg. Montage: Maison Moderne

Vincent Bechet, Partner & Président Exécutif d’INOWAI, et François Bausch, ministre de la Mobilité au Luxembourg. Montage: Maison Moderne

Alors que la vie «normale» semble petit à petit faire son retour, de nombreux travailleurs sont amenés, en ce mois de septembre, à reprendre le chemin du bureau. L’occasion de nous intéresser, avec François Bausch, ministre de la Mobilité au Luxembourg, et Vincent Bechet, Partner & Président Exécutif d’INOWAI, aux grands enjeux de mobilité qui concernent le pays et à la façon dont il entend y répondre.

Des déplacements réduits avec le télétravail, davantage de vélos, moins de transports en commun… La pandémie a sans conteste eu un impact sur la manière dont nous nous déplaçons au quotidien. Pour autant, et même si le home office est amené à demeurer au moins en partie au sortir de la crise sanitaire, la situation actuelle ne devrait rester qu’une parenthèse. Ceux qui se rendent à Luxembourg chaque matin doivent d’ailleurs l’avoir déjà constaté: un grand nombre de travailleurs reviennent au bureau, les embouteillages sont de retour, et les transports en commun sont eux aussi bien remplis!

Anticiper: le maître-mot

Selon les prévisions, la croissance économique et démographique du Luxembourg devrait se poursuivre de manière significative dans les prochaines années. Dans ce contexte, la question de la mobilité dans le pays est cruciale pour son expansion. Dès aujourd’hui, il convient en effet d’apporter les réponses nécessaires afin d’améliorer la mobilité au Luxembourg, mais également de réfléchir aux infrastructures à mettre en place pour faire face aux évolutions attendues demain.

«Nous ne pouvons reproduire les mêmes erreurs que par le passé, à savoir planifier la mobilité et décider des infrastructures à mettre en place après que le pays, le logement, les entreprises se sont eux-mêmes développés, souligne François Bausch, ministre de la Mobilité et des Travaux publics. Nous devons anticiper la croissance du pays dans sa globalité et financer les infrastructures nécessaires, en tenant compte des forces et des faiblesses de notre territoire.»

Au-delà des frontières

Loin de se concentrer autour de Luxembourg-Ville, ces développements concernent l’ensemble du pays. «Il est essentiel de voir le territoire grand-ducal comme une grande agglomération, qui comprend trois principaux pôles économiques et d’attractivité, en interconnexion, que sont le Centre, le Sud et la Nordstad», poursuit le ministre de la Mobilité.

À cela s’ajoute bien sûr la composante ‘Grande Région’. «Quand on sait que près de 205.000 personnes (soit environ 46% des travailleurs luxembourgeois) passent chaque jour une frontière pour venir travailler au Grand-Duché, il est en effet crucial de penser la mobilité luxembourgeoise en englobant celle des pays voisins, et vice versa», souligne Vincent Bechet, Partner & Président Exécutif d’INOWAI.

On peut toutefois regretter le manque d’initiatives et la lenteur qui peuvent parfois caractériser les projets en matière de mobilité de l’autre côté des frontières. «Nous investissons 30 fois plus que nos pays voisins dans la mobilité. Nous sommes régulièrement en pourparlers avec mes homologues voisins pour améliorer la mobilité à l’échelle de la Grande Région. Le Luxembourg a déjà voté certains budgets et est disposé à cofinancer des infrastructures de l’autre côté de la frontière, mais nous avons malgré tout beaucoup de peine à faire avancer ces initiatives transfrontalières, regrette François Bausch. Pour que l’ensemble fonctionne, il nous faut bien sûr avoir des enveloppes budgétaires à disposition, mais il faut surtout que les infrastructures se concrétisent.»

Une approche holistique

Composante indissociable du développement économique d’un territoire, la mobilité doit être pensée en considérant notamment les projets immobiliers et urbanistiques envisagés. Ainsi, la croissance démographique et économique du pays entraînera inévitablement une densification du territoire, une concentration des logements qui, à son tour, impactera la mobilité. Cette démarche de densification, pour qu’elle soit une réussite, devra donc se concrétiser en tenant compte des infrastructures, notamment en matière de mobilité, disponibles ou envisageables sur ces zones amenées à être densifiées. L’échelle des quartiers doit aussi être repensée, pour offrir davantage de mixité – en combinant logements, services, commerces, loisirs – et ainsi contribuer à réduire les déplacements des habitants.

De la même manière, les projets urbanistiques et immobiliers ont leur rôle à jouer pour accompagner la transition vers une mobilité plus douce et plus durable, en considérant ces enjeux dès leur conception, par exemple en imaginant des installations pour les vélos, des bornes de recharge pour voitures électriques ou encore en s’implantant à proximité d’infrastructures de mobilité existantes ou à venir.

La mobilité et l’intermodalité représentent un enjeu majeur pour l’attractivité du pays et de ses entreprises. Certains frontaliers n’hésitent pas aujourd’hui à refuser un emploi au Luxembourg car ils ne souhaitent pas accorder autant de temps aux trajets. «Face aux prix exorbitants de l’immobilier, beaucoup de grandes entreprises éprouvent aussi des difficultés pour loger leurs cols bleus. Elles achètent donc du foncier ou louent des logements aux frontières du Luxembourg, ce qui engendre des problèmes de mobilité supplémentaires, témoigne Vincent Bechet. Mobilité et logement sont indissociables, et le succès du Luxembourg dépendra des solutions que l’on parviendra à mettre en place dans ces deux domaines

Un nouveau plan de mobilité pour 2035

Face à l’urgence climatique, la mobilité doit aussi, dès à présent, s’intégrer dans une optique de durabilité, permettant de limiter le réchauffement de la planète et d’optimiser la consommation des ressources. «On le voit, cette décennie est critique pour la mobilité à plusieurs égards et, par conséquent, pour le développement du Luxembourg et le maintien de son attractivité», souligne le Président Exécutif d’INOWAI.

Pour répondre à ces défis, le gouvernement présentera, d’ici la fin de l’année, un nouveau ‘Plan National de Mobilité 2035’. Visant à mettre en application la stratégie pour une mobilité durable ‘Modu 2.0’ préconisée en 2018, ce plan fixe les lignes à suivre et à déployer en matière d’offres et d’infrastructures de mobilité d’ici 2035. «Je suis confiant quant à la réussite de ce projet, souligne François Bausch. En organisant efficacement et anticipativement la mobilité du pays, je suis persuadé que le Luxembourg préservera son dynamisme et sa qualité de vie

Retrouvez l’ensemble des articles de l’Observatoire de l’immobilier sur les sites  paperjam.lu  et  inowai.com .