ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

transport aérien

De mauvais chiffres pour Ryanair



 Ryanair devrait voir son nombre de passagers augmenter encore au cours de cette année. (Photo: Shutterstock)

 Ryanair devrait voir son nombre de passagers augmenter encore au cours de cette année. (Photo: Shutterstock)

Le groupe aérien irlandais a dévoilé lundi une baisse de 29% pour son exercice comptable 2018-2019. Paradoxalement, c’est la baisse des prix en Europe qui a joué un mauvais tour à la compagnie low cost.

Les résultats de Ryanair, clos fin mars, ne sont pas bon pour l’exercice comptable 2018-2019. C’est même le plus mauvais bilan dévoilé depuis quatre ans. Le bénéfice net est ainsi en baisse de 29% sur un an, à 1,02 milliard d’euros, pour un chiffre d’affaires en hausse de 6%, à 7,56 milliards. Des résultats inférieurs à ceux prévus par les analystes, ce qui a entraîné une baisse de 4% de l’action à la Bourse de Dublin et celle de Londres.

Le prix du vol a baissé de 6%

C’est la baisse des prix en Europe qui a joué un mauvais tour à la compagnie, qu’elle a pourtant contribué à générer. Le prix moyen d’un vol Ryanair a ainsi baissé de 6% en 2018. Mais à cette baisse des prix s’est aussi ajoutée la hausse de la facture pétrolière et le coût de l’intégration de la compagnie autrichienne Lauda, mais aussi celui des retards et annulations suite aux grèves du trafic aérien, celle des salaires au personnel navigant...

Les perspectives 2019 ne sont pas non plus très bonnes. Malgré l’ouverture de nouvelles bases, Ryanair table sur un chiffre d’affaires en hausse de 3% seulement et un bénéfice net en baisse, qui se situerait entre 750 et 950 millions.

200 millions de passagers en 2024

Une autre inquiétude réside dans la livraison des Boeing 737 Max, dont Ryanair a commandé 135 appareils. Mais même si l’interdiction de vol qui frappe actuellement cet avion était levée avant l’été, la compagnie de Michael O’Leary ne pourrait en disposer au mieux qu’en octobre.

Malgré cela, Ryanair prévoit une croissance de son trafic passager qui pourrait atteindre 153 millions lors de cette année, et 200 millions de passagers en 2024.