POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Good country index

Le Luxembourg dans le top 15 des meilleurs pays au monde



Le logo de la marque nationale luxembourgeoise exposé devant la Philharmonie, à l’occasion des Bauhärepräis 2020. (Photo: Nader Ghavami)

Le logo de la marque nationale luxembourgeoise exposé devant la Philharmonie, à l’occasion des Bauhärepräis 2020. (Photo: Nader Ghavami)

Le Luxembourg devrait devenir le 11e meilleur pays au monde selon l’indice Good Country 2020 qui sera publié dans les prochaines semaines, a révélé lundi l’auteur Simon Anholt lors d’un séminaire de la Chambre de commerce britannique. 

Le Grand-Duché est actuellement classé 16e du Good Country Index, qui mesure les contributions globales de 150 pays dans sept catégories différentes, dont:

- la science et la technologie,

- la culture,

- la paix et la sécurité internationale,

- l’ordre mondial,

- la planète et le climat,

- la prospérité et l’égalité,

- et la santé et le bien-être.

«Le Luxembourg a progressé dans la dernière édition du Good Country Index, principalement en raison de l’amélioration sensible de ses contributions internationales à la paix et à la sécurité, à la culture, à la planète et au climat», a déclaré Simon Anholt, qui a mis au point l’indice, à Delano.

Les résultats complets de l’édition 2020 seront publiés dans les prochaines semaines.

Mais l’amélioration du classement n’est pas due à la campagne de promotion de la marque nationale luxembourgeoise, lancée pour la première fois en 2014. L’indice examine plutôt la contribution des pays au bien commun, en utilisant les données des Nations unies et d’autres organisations internationales.

Simon Anholt a inventé le terme «marque nationale», arguant du fait que les pays – comme les marques de consommation – peuvent avoir des images puissantes qui les distinguent lorsqu’ils sont en concurrence pour les affaires, les investisseurs, les touristes et plus encore sur la scène mondiale.

Cependant, il ne croit pas à l’image de marque d’une nation. «Un logo change-t-il l’image d’un pays? Bien sûr que non», a déclaré M. Anholt lors du séminaire du BCC. Au lieu de faire de grandes promesses, les pays devraient simplement «se taire et passer à l’action», a déclaré M. Anholt, ajoutant que le monde était confronté à des défis sans précédent. «Nous vivons à l’ère d’une longue crise», a-t-il déclaré. «Ce n’est qu’une chose après l’autre», du changement climatique et de la disparition d’espèces à la résistance aux antibiotiques et maintenant à une pandémie. 

Les gens n’aiment pas changer d’avis sur les pays.

Simon Anholt,  Fondateur et auteur,  Good Country Index

L’indice des marques nationales (Nation Brands Index), qui évalue l’image de 50 pays auprès de milliers de personnes dans le monde, montre que même le Brexit et la présidence américaine de Donald Trump n’ont pas fait grand-chose pour nuire à la réputation mondiale de ces deux pays. Les pertes subies par certains pays ont été compensées par des gains dans d’autres. «Globalement, rien n’a changé», a déclaré M. Anholt. «Les gens n’aiment pas changer d’avis sur les pays.»

Les deux pays ont cependant régulièrement sombré dans le Good Country Index au cours des quatre dernières années. Le Royaume-Uni est passé de la 7e place il y a cinq ans à la 15e en 2019. La chute des États-Unis a été encore plus importante, passant de la 21e à la 40e place.

L’Allemagne est un candidat qui montre que le changement est possible, passant d’un «État paria» au «pays le plus admiré» en seulement 70 ans, selon M. Anholt. «Si vous faites des choses qui prouvent ce que vous êtes, peu à peu les gens vous considéreront plus favorablement», a-t-il déclaré.

Le forum de leadership du BCC se poursuit cette semaine avec des interventions de la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP), du professeur de Sacred Heart University Marcus B. Mueller et de l’experte en affaires et en leadership Margaret Heffernan.