LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Art contemporain

Luxembourg Art Week 2019 voit encore plus grand



252249.jpg

Luxembourg Art Week se déroule cette année du 8 au 10 novembre. (Photo: Mike Zenari / Archives Paperjam)

La nouvelle et cinquième édition de Luxembourg Art Week, qui se déroulera du 8 au 10 novembre, prend encore un peu plus d’ampleur que les années précédentes et étoffe ses propositions, qui ne sont pas que commerciales.

Initié en 2015 par le galeriste Alex Reding , Luxembourg Art Week est devenu, en cinq ans, un événement qui compte dans l’agenda culturel au Luxembourg. Pendant quelques jours, Luxembourg vit au rythme de l’art contemporain, avec cette foire qui a installé son quartier général dans la halle Victor Hugo au Limpertsberg, mais qui s’étend un peu plus cette année et élargit sa programmation culturelle.

Plus d’exposants

Pour cette cinquième édition, encore plus de galeries seront présentes, puisque 64 galeries auront un stand (contre 48 en 2018). Elles ont été sélectionnées par un comité sur environ une centaine de candidatures. «Nous avons instauré une nouvelle section, ‘First Call’, réservée aux galeries étrangères qui veulent découvrir le marché luxembourgeois, et qui vient se positionner entre la ‘Main Section’ et la partie ‘Take Off’ réservée aux jeunes galeries ou asbl émergentes», explique Alex Reding.

252377.png

Plan provisoire de Luxembourg Art Week 2019. (Illustration: Luxembourg Art Week)

Afin d’accueillir ce nombre croissant de participants, la foire annexe le hall sportif du Lycée de garçons situé dans la continuité de la halle Victor Hugo. De ce fait, l’entrée sera décalée sur le côté, et le parcours passera par la section «Take Off» située dans le hall sportif, avant d’accéder par un couloir aux autres stands dans la halle Victor Hugo. À noter également que 17 galeries luxembourgeoises seront présentes, les autres participants venant principalement d’Allemagne (17 galeries), France (15 galeries) et Belgique (13 galeries).

Une plate-forme pour l’art contemporain

«Luxembourg Art Week répond à la nécessité d’offrir une plate-forme à l’art contemporain au Luxembourg, et je trouve passionnant que la foire propose également de nombreuses discussions et un volet plus théorique qui manque encore actuellement au Luxembourg, et qui va dans le même sens que ce que nous souhaitons mettre en place avec le futur Centre de documentation», a déclaré Sam Tanson , ministre de la Culture.

Car, enfin, le volet des conférences s’est largement étoffé cette année. En plus des conférences traditionnellement organisées dans la foire, et qui porteront cette année sur le thème «Art et Politiques culturelles», trois jours de tables rondes (organisées en collaboration avec le Paperjam Club et Deloitte) sont organisés au Cercle Cité du 21 au 23 octobre avec le thème «Management of Private and Corporate Art Collections: Benefits and Issues». De plus, une nouvelle collaboration avec l’Université du Luxembourg permet de proposer, du 4 au 10 novembre, des conférences, séminaires, tables rondes et projections pour aborder des thèmes tels que l’art contemporain et le cinéma, le rôle de l’art dans notre société et la notion d’œuvre d’art immatérielle.

Par ailleurs, comme les années précédentes, une carte blanche est proposée au Casino Luxembourg, qui présentera une exposition de Daniel Wagener et organisera la Casino Party. Le Mudam Luxembourg élaborera aussi une programmation culturelle spéciale Luxembourg Art Week au sein du musée.

Comme les années précédentes, le Salon du Cercle artistique luxembourgeois (CAL) se déroulera également pendant Luxembourg Art Week (du 2 au 14 novembre). Par contre, le vernissage sera avancé et est programmé le 2 novembre, «juste après la bénédiction au cimetière du Limpertsberg», a annoncé très sérieusement Marc Hostert, président du CAL. Cette année, ce sera le Prix Grand-Duc Adolphe qui sera attribué. Le Salon présentera aussi d’autres nouveautés: des espaces réservés aux jeunes artistes et des visites guidées en anglais.

Une œuvre au Glacis

Parmi les grandes nouveautés, une œuvre sera installée dans l’espace public, au Glacis, sur la petite place située à proximité de l’arrêt de tram. «L’installation de cette œuvre, qui sera temporaire, s’inscrit parfaitement dans la logique des œuvres de l’espace public de la Ville de Luxembourg», a précisé Serge Wilmes , premier échevin à la Ville de Luxembourg. Si l’œuvre n’est pas encore choisie, il faudra voir comment elle pourra dialoguer avec l’installation de Michel Leonardi . Et peut-être saisir l’occasion pour la désinstaller?

Luxembourg Art Week, du 8 au 10 novembre, preview le 7 novembre, vernissage le 8 novembre.  www.luxembourgartweek.lu