ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Les prix de l’immobilier (5/5)

Loyers: une progression de 2% par an 



Les loyers sont élevés mais ne grimpent pas plus rapidement que l’inflation. (Photo: DR)

Les loyers sont élevés mais ne grimpent pas plus rapidement que l’inflation. (Photo: DR)

Cette semaine, Paperjam décline une série d’analyses du marché immobilier au Luxembourg. Julien Licheron, chercheur du département Développement urbain et mobilité au Liser, s’intéresse dans ce dernier volet au prix des loyers.

Le segment de la location concerne avant tout les appartements. Ils représentent entre 85% et 90% du total des biens loués, selon les années. Ce marché reste très homogène. Il est très largement composé de petits biens: des studios et des appartements avec une chambre. Il s’agit d’un creusement très important par rapport au marché de la vente d’appartements où la gamme s’est élargie, depuis dix ans, aux plus petits ainsi qu’aux plus grands biens.

Contrairement au marché de la vente, les tarifs évoluent peu d’une année à l’autre. La progression est d’environ 2% par an, ce qui est relativement en ligne avec l’inflation. La principale conséquence de cela est une baisse du rendement locatif, les prix d’achat évoluant nettement plus vite que les loyers que l’on peut obtenir d’un bien. Mais ce moindre rendement est compensé en partie par la plus-value sur le bâtiment lui-même.

Cette hausse modérée est constatée de manière assez uniforme sur l’ensemble du territoire. Si l’on regarde la carte, on constate que la situation ne change pas beaucoup. On observe toujours un Luxembourg monocentrique avec les loyers les plus élevés au niveau de Luxembourg-ville et un gradient de prix qui s’atténue au fur et à mesure de l’éloignement par rapport à la capitale.