ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Wunnquartier Stade

«Living in the forest», le projet de Temperaturas Extremas Arquitectos



Le projet «Living in the forest» repose sur la création d’un quartier au cœur d’une nouvelle forêt urbaine. (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

Le projet «Living in the forest» repose sur la création d’un quartier au cœur d’une nouvelle forêt urbaine. (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

À l’occasion de la clôture de la phase 2 du concours d’idées urbanistiques organisé par la Ville de Luxembourg pour le Wunnquartier Stade, Paperjam revient sur les cinq projets retenus par le jury pour participer à la phase 3. Découvrons plus en détail le projet «Living in the forest» du groupement mené par Temperaturas Extremas Arquitectos.

Le site occupé actuellement par le stade Josy Barthel, le service d’hygiène, la caserne des pompiers et leurs alentours va être libéré dans les années à venir. Ces quelque 10 hectares, situés le long de la route d’Arlon, juste après la place de l’Étoile qui fait aussi l’objet d’un réaménagement urbain, et à proximité immédiate du centre-ville, représentent une opportunité urbaine d’envergure.

La Ville de Luxembourg s’est donc donné les moyens et le temps pour concevoir au mieux ce nouveau morceau de ville. Elle a organisé un concours d’idées urbanistiques international. Le 27 avril 2021, les cinq équipes candidates autorisées à poursuivre en phase 3, issues des 35 dossiers déposés initialement, ont été dévoilées. Parmi ces cinq projets retenus, il y a «Living in the forest – Wunnland» développé par les urbanistes de Temperaturas Extremas Arquitectos, accompagnés par Mersch Ingénieurs-Paysagistes, Écomobilités Territoires & Connexions, SGI Ingénierie et ECAU.

Une forêt habitée

Ce projet repose sur l’idée principale de développer une forêt habitée, avec pas moins de 50 arbres par habitant. Ce nouvel espace vert urbain part du Rollingergrund et s’étend en direction de Belair et accueille des immeubles d’habitation aux typologies variées.

Les arbres sont plantés dès le début du projet, ce qui offre l’occasion de les laisser pousser et gagner en envergure au fil des différentes phases de réalisation du nouveau quartier.

Les bâtiments historiques de la caserne des pompiers sont conservés et intégrés au projet. Ils joueront le rôle de centre du quartier, avec des commerces, des restaurants, des services organisés autour d’une nouvelle place ouverte sur la route d’Arlon.

Une partie du stade est conservée et intégrée dans le nouveau paysage.

L’ensemble est développé selon le principe de la «ville du quart d’heure»

Vue de l’exposition dans le bâtiment Rocade de la Ville de Luxembourg (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 8

Maquette du projet présenté dans l’exposition dans le bâtiment Rocade de la Ville de Luxembourg (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 8

Plan masse du projet «Living in the forest» (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

3 / 8

Développement à la phase 0 (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

4 / 8

Développement à la phase 1 (+4 ans) (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

5 / 8

Développement à la phase 2 (+6 ans) (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

6 / 8

Développement à la phase 3 (+8 ans) (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

7 / 8

Développement à la phase 4 (+10 ans) (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

8 / 8

Trois typologies d’habitations

Pour la partie habitation, trois typologies de bâtiments sont envisagées: des bâtiments hybrides ateliers/logements, des bâtiments mixtes denses le long de la route d’Arlon (pour du coliving, du coworking, du commerce, des services, des jardins de toit…) et des blocs «fleurs» aux dimensions variables et aux intérieurs flexibles qui s’adaptent aux besoins des logements.

La mobilité douce est privilégiée et les places de stationnement pour les voitures sont conçues pour être évolutives.

Les concepts de l’économie circulaire sont mis en œuvre. Le projet s’empare de la durabilité, à la fois sociale et énergétique, comme un élément déjà acquis et techniquement surmonté. Par exemple, la majorité des sols sont perméables, des stratégies bioclimatiques de protection solaire sont mises en œuvre, les bâtiments sont à basse consommation d’énergie, la production d’énergie solaire est centralisée…

Autour des logements, on trouvera des jardins potagers. (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

1 / 3

Des espaces publics arborés propices à la rencontre dans le quartier. (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

2 / 3

Le long de la route d’Arlon, des immeubles mixtes plus denses bordent l’artère. (Illustration: Temperaturas Extremas Arquitectos)

3 / 3

Le mot du jury

Voici ce qu’en pense le jury: «Le projet est fondamentalement convaincant, mais le concept doit être approfondi en ce qui concerne la densité urbaine prévue (volumes de construction très élevés le long de la route d’Arlon et en partie dans la forêt urbaine) et l’idée de la ville forestière en ce qui concerne sa robustesse.»

Les candidats sont actuellement en phase 3 du concours. Ils ont jusqu’au mois de septembre pour poursuivre et affiner leurs réflexions et soumettre un projet final au jury, qui rendra son verdict vers octobre-novembre 2021.