POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Ambition

Le Grand-Duché à l’assaut du tourisme d’affaires



L’ambition du gouvernement est de hisser le Luxembourg dans le top 50 des destinations mondiales accueillant des événements business internationaux pour en faire une destination de référence en Europe en termes d’innovation et de créativité dans ce secteur. (Illustration: Hadi Saadaldeen)

L’ambition du gouvernement est de hisser le Luxembourg dans le top 50 des destinations mondiales accueillant des événements business internationaux pour en faire une destination de référence en Europe en termes d’innovation et de créativité dans ce secteur. (Illustration: Hadi Saadaldeen)

Depuis plusieurs années, le Luxembourg se positionne comme une destination phare pour l’organisation d’événements d’affaires. Bien décidé à augmenter sa part de marché, le pays ajoute une corde à son arc grâce à la création du Luxembourg Convention Bureau. Objectif: entrer dans le top 50 des destinations mondiales les plus prisées.

Cet article est paru dans le Paperjam Plus Mice d’avril 2019.

Qui a dit que rien ne bougeait dans le secteur du tourisme au Luxembourg? Le Grand-Duché vient de mettre en place le Luxembourg Convention Bureau GIE, groupement porté par l’État et la Ville de Luxembourg destiné à rassembler toutes les forces vives autour d’un projet commun: faire du pays une destination incontournable pour l’organisation d’événements d’affaires.

«Le secteur des congrès et événements d’affaires – que nous appelons Mice pour ‘Meetings, Incentives, Congresses, Events’ – constitue un élément important dans la diversification économique du pays, assure Lex Delles , ministre du Tourisme. Ce type de tourisme génère des retombées économiques en moyenne trois fois plus élevées que celles des voyageurs de loisirs. Je considère ainsi que le secteur Mice améliore l’attractivité du Luxembourg pour les investisseurs potentiels, qu’il crée des emplois de qualité et qu’il contribue au rayonnement de notre pays à l’étranger, ainsi qu’à sa notoriété dans le monde.»

Le Luxembourg Convention Bureau GIE sera le moteur du développement du secteur Mice au Luxembourg et l’interlocuteur privilégié, une sorte de ‘one-stop shop’ pour les organisateurs de congrès.
Lex Delles

Lex Delles,  Minister du Tourisme

Intégrer le top 50 mondial

Les dernières années ont été marquées par un important processus de restructuration et de professionnalisation du secteur touristique avec la fusion entre le ministère de l’Économie et le ministère du Tourisme, la transformation de l’Office national du tourisme (asbl) en Luxembourg for Tourism (GIE) et la création du cluster Mice. La mise en place d’un bureau national de congrès, le Luxembourg Convention Bureau GIE (LCB), avec le soutien de toute la filière, constitue l’ultime étape de ce processus.

«Il sera le moteur du développement du secteur Mice au Luxembourg et l’interlocuteur privilégié, une sorte de ‘one-stop shop’ pour les organisateurs de congrès, ajoute Lex Delles. Le LCB fera fonction de guichet unique pour le Luxembourg en tant que destination pour le tourisme Mice. Représentant officiel de la destination, il devra identifier et démarcher des congrès potentiellement intéressants pour le Luxembourg et coordonner le processus des candidatures du Luxembourg pour les congrès internationaux. La structure opérationnelle du LCB est en train d’être mise en place et je devrais pouvoir vous en dire plus au début de l’été.»

L’ambition du gouvernement est de hisser le Luxembourg dans le top 50 des destinations mondiales accueillant des événements business internationaux pour en faire une destination de référence en Europe en termes d’innovation et de créativité dans ce secteur. «Afin de relever ce défi, notre stratégie s’organise autour de trois axes prioritaires, résume le ministre du Tourisme. Renforcer l’image et la visibilité du Grand-Duché au niveau ­international à travers des événements phares, contribuer à la consolidation et au développement des secteurs économiques prioritaires et, enfin, générer un maximum de retombées directes et indirectes pour l’économie nationale.»

Miser sur les secteurs prioritaires

À moyen terme, l’objectif est de doubler le nombre de congrès internationaux accueillis annuellement et d’augmenter de 20% le nombre total d’événements professionnels. Et à long terme, d’atteindre une soixantaine de congrès internationaux chaque année pour rejoindre le top 50 mondial. C’est à travers une politique commerciale structurée, une stratégie marketing et de communication clairement définie que la notoriété de la destination Luxembourg et la qualité de son positionnement vont se développer.

Nous cherchons clairement à attirer des congrès qui riment avec les priorités de développement économique du pays.
Tom Bellion

Tom Bellion,  Directeur,  Luxembourg City ­Tourist Office (LCTO)

Plutôt que de démarcher à tout va, l’idée est aussi d’attirer des événements qui sont en lien avec les secteurs jugés prioritaires dans le cadre de la diversification économique: l’ICT, les technologies de l’espace, la logistique, les sciences et technologies de la santé, les écotechnologies. «Nous cherchons clairement à attirer des congrès qui riment avec les priorités de développement économique du pays. Les congrès constituent de formidables occasions pour les leaders d’opinion, les chercheurs, les entrepreneurs et les investisseurs de se rencontrer sur notre territoire», explique Tom Bellion , directeur du Luxembourg City ­Tourist Office (LCTO) de la Ville de Luxembourg et CEO par intérim du Luxembourg Convention Bureau GIE, en attendant la nomination du futur patron du Mice au Luxembourg.

«Notre objectif est évidemment d’attirer un nombre d’événements plus élevé, mais surtout de cibler les événements dont le profil est compatible avec le Luxembourg en termes de contenu, de taille et de période. Je suis convaincu qu’il faut cibler prioritairement des événements qui apportent une plus-value à notre tissu économique. Ainsi, nous souhaitons attirer autant les réunions d’affaires que les congrès de petite et moyenne envergures, les salons spécialisés, etc.», confirme le ministre du Tourisme.

Si le Luxembourg dispose d’un potentiel limité dans le domaine des salons B2B, il est en revanche particulièrement intéressant pour les foires B2C, grâce à une zone de chalandise attractive et des consommateurs au pouvoir d’achat élevé. «Les congrès et confex (un mix entre congrès et exposition) se prêtent parfaitement à la structure de l’économie luxembourgeoise et des secteurs économiques prioritaires du gouvernement, secteurs qui reposent beaucoup sur l’échange d’informations, la technologie et l’innovation», peut-on aussi lire dans la feuille de route du gouvernement. L’idée est donc d’accueillir des événements variés, de petite et moyenne envergures, la capacité hôtelière du pays ne permettant pas d’accueillir 10.000 congressistes au même moment.

Renforcer les partenariats

La présence de Luxembourg for Tourism, du cluster Mice et de ses acteurs dans les salons internationaux a permis, ces dernières années, de placer le Luxembourg sur la carte. Le développement de l’aéroport du Findel élargit les possibilités, tout comme le TGV. «Le pays dispose de toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir des événements de qualité, constate Tom Bellion. De par sa taille et son organisation, le Luxembourg permet de joindre rapidement les bons interlocuteurs. Nous pouvons apporter des réponses concrètes très vite. Cette proximité vaut aussi lors d’événements avec des déplacements très courts et des centres d’intérêt divers à portée de main, grâce à une très bonne collaboration avec les offices du tourisme. Les organisateurs étrangers peuvent sentir cette complicité qui unit les acteurs du Mice au Luxembourg.»

Il est facile d’arriver au Luxembourg, que ce soit grâce à notre aéroport ou aux excellentes connexions routières.
Lex Delles

Lex Delles,  Ministre du Tourisme

«Le Luxembourg a la réputation d’être une destination efficiente et fiable, où les partenaires du secteur travaillent main dans la main pour garantir le succès de tout événement d’affaires, confirme Lex Delles. Le multi­linguisme, de même qu’un niveau élevé de sécurité dans un environnement multiculturel sont également des arguments de taille.»

Disposant d’une situation centrale au cœur de l’Europe et jouant sur sa taille réduite, le pays sait faire preuve d’innovation et de dynamisme. «Il est facile d’arriver au Luxembourg, que ce soit grâce à notre aéroport ou aux excellentes connexions routières. Les déplacements lors des événements organisés ici sont limités et rapides, étant donné qu’au Luxembourg, rien n’est jamais très loin. Cela génère des gains financiers et de temps pour les organisateurs. De plus, l’accès aisé aux décideurs économiques et politiques est également un atout pour les organisateurs de congrès», poursuit le ministre.

Une fois en place, les équipes du Luxembourg Convention Bureau GIE devront se mettre au travail d’arrache-pied, afin d’identifier les congrès que le Luxembourg souhaite héberger et démarcher les clients de manière ciblée. Par ailleurs, les partenariats stratégiques seront renforcés. «Je pense notamment aux relations avec des organismes internationaux, mais surtout avec Luxinnovation, la Chambre de commerce, l’Université du Luxembourg, la House of Entrepreneurship, le Technoport et les autres incubateurs», conclut Lex Delles, bien décidé à grimper dans le «hit-parade» du Mice.