PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Revue de presse

Le Brexit produit des géants de la gestion d’actifs



217953.jpg

La croissance des «Super ManCo» pourrait évincer les petites sociétés de gestion. (Photo: Shutterstock)

Le marché de la gestion d’actifs voit arriver la concurrence accrue de sociétés de gestion de grande taille: les «Super ManCo».

Le Brexit va-t-il faire des victimes parmi les sociétés de gestion? Toujours est-il que de sérieux concurrents arrivent sur le marché: les «Super ManCo» (pour Super Management Company ou super société de gestion).

Il s’agit de sociétés de gestion hors normes, qui, par leur capacité à exercer dans divers États grâce à de multiples licences, pourraient rafler la mise dans le cadre du Brexit. En effet, dès lors que le Royaume-Uni aura quitté l’UE, le système de passeports européens, obligatoires pour commercialiser des produits et services financiers au sein de l’UE, n’aura plus cours.

Marco Boldini, responsable de l’équipe juridique de gestion de fortune chez PwC, explique au Financial Times (FT) que le Brexit a rendu le modèle de Super ManCo encore plus attrayant, car les fonds cherchent à minimiser leurs coûts en ayant recours à une entité disposant de deux ou plusieurs autorisations.

Les petites sociétés de gestion hors-jeu

Le journal britannique note par ailleurs qu’une part croissante du marché est constituée par des Super ManCo «tiers», qui fournissent des services à d’autres sociétés de gestion.

Le FT cite ainsi l’exemple de FundRock, qui a acquis la société de gestion luxembourgeoise SEB en novembre 2018. Ses clients sont de petits gestionnaires d’actifs, qui n’ont pas les moyens de créer leur propre société de gestion et qui doivent néanmoins parvenir à contourner l’effet Brexit.

Le FT parie sur le fait que la croissance des Super ManCo va finir par évincer les petites sociétés de gestion, qui ne pourront pas assumer toutes ces exigences réglementaires. «Avoir moins de Super ManCo mais des Super ManCo encore plus grandes deviendra le modèle», prédit Marco Boldini.

130 Super ManCo au Luxembourg

Les sociétés de gestion luxembourgeoises ont donc de quoi s’inquiéter. Bill Jones, fondateur de la société de services aux fonds ManagementPlus (Luxembourg), affirme au FT qu'il ne faudra pas longtemps avant qu’une ManCo luxembourgeoise dépasse le seuil des 100 milliards d’euros d’actifs.

Selon la dernière étude de PwC Luxembourg, 309 ManCo et 130 Super ManCo opéraient au Grand-Duché à fin juin 2018. Les trois premières ManCo «tiers» à Luxembourg sont Universal Investment (34 milliards d’euros sous gestion fin 2017), FundRock (32,5 milliards d’euros) et Lemanik Asset Management (30,6 milliards d’euros).