ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Itsme

Une identité sans frontière, le pari belge de Luxtrust



307427.jpg

Prouver son identité de la même manière au Luxembourg et en Belgique, c’est le projet de Luxtrust avec la belge Itsme, qui entre dans une phase opérationnelle. Une première européenne très prometteuse. (Photo: Shutterstock)

Luxtrust annonce aujourd’hui la première étape du déploiement international de Itsme au Luxembourg et en Belgique, amorcé il y a 18 mois par un partenariat entre ces deux spécialistes de l’identité digitale. Cette première européenne vise, pour l’instant, un marché de 65.000 frontaliers belges au Luxembourg.

«C’est une première phase très importante, parce qu’elle est dans l’opérationnel!» Le CEO de Luxtrust, Pascal Rogiest, signe une nouvelle étape de l’internationalisation du champion luxembourgeois de l’identité digitale: «sa» plate-forme, Cosi, capable de gérer les identités Luxtrust pour les banques luxembourgeoises, par exemple, pourra aussi gérer les identités Itsme, du nom de la start-up belge mise sur pied par le  Belgian Mobile ID , consortium qui réunit les banques belges et les opérateurs de télécommunications.

Pour l’instant, seuls les utilisateurs de Luxtrust Scan, 4% des 600.000 clients de la société, pourront en profiter, mais l’idée est de l’étendre à tous les utilisateurs luxembourgeois et belges d’ici la fin de l’année. Le marché visé plus spécifiquement est celui des frontaliers belges, 65.000 personnes qui franchissent régulièrement la frontière entre les deux pays et cherchent à se faciliter la vie.

Mais c’est une première européenne dans l’émergence d’une identité non plus seulement nationale, mais européenne. Un Belge pourra prouver son identité de manière digitale au Luxembourg avec Itsme, et un Luxembourgeois en Belgique avec Itsme by Luxtrust. Dans l’année, les deux partenaires entendent convaincre surtout les banques des deux pays d’accepter ce moyen d’accéder à leurs services.

Au Luxembourg, la Banque de Luxembourg est la première à avoir manifesté son intérêt.

«Le Luxembourg est le pays idéal pour tester cette idée, non seulement à cause des nombreux expatriés, mais aussi frontaliers», explique M. Rogiest. «Évidemment, l’idée à terme est d’étendre la solution aux Pays-Bas, pour avoir un Benelux de l’identité digitale.» Voire à l’Allemagne et à la France, puisque Itsme, configuration de la Belgique oblige, communique déjà dans quatre langues. «Oui, mais les marchés, les clients et les traditions et habitudes bancaires sont complètement différents, donc ce ne sera pas pour tout de suite.»

Concrètement, comment cela va-t-il se passer? L’utilisateur luxembourgeois devra télécharger l’application mobile Itsme  sur l’App Store  ou  sur Google Play , puis utiliser son numéro de téléphone et, avec son code de Luxtrust Scan, se créer un compte.

Le 16 janvier, les Belges ont obtenu  la notification européenne de l’eIDAS , plus haut niveau de certification européenne sur cette question-là. Plus de 1,5 million de Belges, 20% de la population, utilisent déjà cette application. Le Luxembourgeois qui n’a pas d’intérêt particulier en Belgique, que ce soit bancaire ou administratif spécifique, n’a aucune raison précise d’utiliser ce nouveau moyen de prouver son identité. 

Le nombre de partenaires belges qui permettent déjà d’utiliser Itsme est impressionnant.