ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Tourisme

Huit compagnies volent au Findel, bientôt dix



Luxair a été la première compagnie à reprendre les vols au Findel. Elles sont maintenant huit. Le 4 juillet, elles seront neuf avec KLM. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Luxair a été la première compagnie à reprendre les vols au Findel. Elles sont maintenant huit. Le 4 juillet, elles seront neuf avec KLM. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Après Luxair et Lufthansa, Turkish Airlines, Tap Air Portugal, Easyjet, Ryanair, Volotea et Aegean Airlines ont fait leur retour au Findel. KLM et British Airways planifient le leur d’ici mi-juillet. De quoi réjouir les boutiques de l’aéroport, qui rouvrent également.

Le Findel se réveille progressivement de plusieurs mois de cauchemar. «Le 29 mai, Luxair a été la première compagnie à revenir. Puis Lufthansa mi-juin. Depuis fin juin-début juillet, Turkish Airlines, Tap Air Portugal, Easyjet, Ryanair, Volotea et la compagnie grecque Aegean Airlines volent de nouveau», résume René Steinhaus , CEO de Lux-Airport. Soit un peu plus de la moitié des 15 compagnies qui passent habituellement par le Luxembourg.

«Elles reviennent pas à pas, selon les conditions de vol dans leur pays. Le planning change chaque jour. Je m’attends à ce qu’elles soient toutes de retour d’ici la fin de l’année», espère-t-il. Cela commence dès demain, samedi 4 juillet, avec la réapparition de KLM pour des vols vers Amsterdam, qui pourrait être suivie mi-juillet par BA (British Airways).

René Steinhaus se réjouit de voir l’aéroport se remplir, même si «en juin, nous n’étions qu’à 8% de notre trafic habituel», indique-t-il. «Pour juillet, je m’attends à plus.» Il espère un retour à la normale d’ici 2022, voire 2023, «s’il n’y a pas de seconde vague». Les clients privilégient toujours des vols directs et vers l’Europe: Italie, Espagne, Portugal…

Comportements habituels en boutique

La reprise est proportionnelle du côté des boutiques. «Nous les ouvrons petit à petit selon la demande.» Le 1er juillet, la boutique duty free et la librairie ont ainsi rouvert leurs portes aux clients, avec des «horaires adaptés à ceux des vols». Les premiers retours sont positifs selon le CEO de l’aéroport, qui a constaté des queues devant les magasins pour respecter les distances de sécurité.

«Il n’y a pas de changement de comportement, les voyageurs continuent de manger et d’acheter comme avant, ce qui est une bonne nouvelle.» Le seul souci: ils sont moins nombreux. L’aéroport, touché par la crise, a-t-il quand même les moyens d’aider ses commerçants? Il n’a pas pris de décision pour le moment quant au paiement des loyers. «Nous travaillons ensemble et discutons pour trouver la bonne réponse», dit René Steinhaus.