PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Bénéfices en berne

HSBC envisage de supprimer 35.000 emplois



HSBC a annoncé une restructuration destinée à lui faire économiser 4,5 milliards de dollars par an d’ici 2022. (Photo: Shutterstock)

HSBC a annoncé une restructuration destinée à lui faire économiser 4,5 milliards de dollars par an d’ici 2022. (Photo: Shutterstock)

En même temps que l’annonce de bénéfices en berne, HSBC a communiqué, mardi matin, avoir l’intention de supprimer 35.000 emplois.

HSBC pourrait supprimer jusqu’à 35.000 emplois (sur un total de 235.000 personnes), a annoncé son directeur par intérim, Noel Quinn. Le groupe bancaire londonien a présenté des résultats «en berne»,  avec un bénéfice en chute de 53%, à 5,97 milliards de dollars .

Il vise à économiser 4,5 milliards de dollars par an d’ici à 2022. Les États-Unis et l’Europe seront principalement impactés par les réorganisations.

La banque d’investissement et la banque de détail seront les branches d’activité les plus impactées. Le groupe a par ailleurs annoncé vouloir simplifier sa structure, en regroupant certaines activités et en réduisant le nombre de zones géographiques.

Banque privée ciblée

Au Luxembourg, HSBC est présente depuis plus de 40 ans et dirigée par Niccolo Polli depuis décembre 2018. La banque y emploie environ 400 salariés, qui opèrent en majorité dans le management de fonds, la gestion d’actifs et la gestion de trésorerie.

L’entreprise a également une activité de banque privée. C’est cette division qui pourrait éventuellement être touchée. Contactée, la filiale luxembourgeoise déclare ne pas encore connaître quels seront précisément les pays touchés par le plan de restructuration, ni l’ampleur de cette dernière. Mais le groupe a d’ores et déjà annoncé qu’au niveau mondial, ses activités de banque privée allaient être intégrées à celles de la banque de détail. Celle-ci n’existe pas au Luxembourg. Et en France, la banque de détail est sur le point d’être cédée.

«La performance du groupe en 2019 a été résiliente, mais certaines parties de notre activité ne fournissent pas de rendements acceptables», a indiqué le directeur général par intérim. «Nous présentons donc un plan révisé pour augmenter les rendements pour les investisseurs, créer la capacité d’investissements futurs et construire une plate-forme pour une croissance durable. Nous avons déjà commencé à mettre en œuvre ce plan, que mon équipe de direction et moi-même sommes déterminés à exécuter à un rythme soutenu.»