PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Banque

Les ambitions de HSBC  au Luxembourg



219562.jpg

Objectif Chine – Niccolo Polli veut pousser les entreprises chinoises à créer des holdings au Luxembourg pour simplifier leurs activités. (Photo: Nader Ghavami)

Niccolo Polli est, depuis décembre 2018, le CEO de HSBC Luxembourg. Il entend faire grandir l’entité et, pour y parvenir, attirer les talents nécessaires.

Cet article est paru dans l'édition mars 2019 du   magazine Paperjam .

Venu en droite ligne de la City, Niccolo Polli a pris la direction de HSBC Luxembourg en décembre 2018. Entré dans le groupe bancaire en 2011, il assure donc depuis trois mois son cinquième poste à responsabilités pour la banque britannique. Il a succédé à Lars Rejding, en poste depuis 2015 et parti pour Havilland.

«Le poste était à pourvoir et j’y ai postulé, c’est un défi important pour moi», explique le nouveau CEO. Et, même s’il ne connaissait que très peu le pays avant son récent transfert, il en a déjà mesuré la dimension. «C’est un pays relativement petit au niveau géographique, mais il joue un rôle important au sein de l’Europe.»

D’un point de vue professionnel, il y voit des opportunités évidentes pour HSBC et son déve­lop­pement sur la Place. «Nos objectifs sont bien alignés avec ceux du gouvernement luxembourgeois, observe-t-il. L’accent est fortement mis sur la finance, le management de fonds et les fintech, avec qui nous souhaitons développer des partenariats, la finance responsable et la Chine.»

Si on vend bien le Luxembourg, les gens sont séduits par la destination.

Niccolo Polli,  CEO,  HSBC Luxembourg

Il observe par contre une forte tension sur le marché du recrutement de talents. Un problème? «Nous n’éprouvons en tout cas pas de difficultés à faire venir du personnel de qualité présent ailleurs dans le groupe. Si on vend bien le Luxembourg, les gens sont séduits par la destination.» Il précise ainsi avoir déjà recruté du personnel depuis la France, le Qatar, l’Espagne et le Royaume-Uni.

Or, des talents, il en aura besoin pour mener à bien les objectifs que la banque – employant 350 personnes – se fixe en local. «Nous avons de réelles ambitions de croissance dans nos différents départements», poursuit Niccolo Polli. Dans le secteur de l’administration des fonds, HSBC veut attirer des affaires au niveau local et entend investir dans les talents et la technologie pour devenir plus efficiente. Profitant de la présence de multinationales sur la Place luxembourgeoise, la banque britannique a aussi développé la gestion de trésorerie. HSBC ayant un long passé asiatique, la filiale luxembourgeoise entretient également des contacts importants avec des acteurs chinois.

Convaincre les sociétés chinoises de s’installer au Luxembourg

«De nombreuses sociétés chinoises ont investi directement en Europe, mais continuent à gérer ces entités depuis la Chine. Nous voulons donc les convaincre d’installer des sociétés holding au Luxembourg et de gérer leurs investissements d’ici afin de simplifier leur mode de fonctionnement.»

Il voit dans cette opération l’occasion d’élargir la communauté chinoise présente dans le pays. Au-delà de cette volonté de croissance, M. Polli veut encore que l’entité sous sa responsabilité soit considérée en tant que «great place to work». «Dans ce sens, nous devons favoriser la diversité, rendre le travail plus flexible en intégrant dans nos pratiques le travail à domicile, assurer un équilibre entre vie privée et vie professionnelle, et soutenir des opérations sportives et sociales», explique le nouveau CEO.

Par rapport au Brexit, enfin, la banque basée à Londres ne modifiera pas radicalement la place occupée par le Luxembourg dans l’organigramme. C’est Paris qui a été choisie pour devenir le hub européen, alors que les autres localisations évolueront au gré des événements. «En tant que banquier, notre mission est de suivre nos clients là où ils vont, afin de continuer à leur offrir nos services. Nous renforçons donc nos différents centres. Beaucoup de sociétés choisissent Luxembourg comme leur centre européen, nous renforçons ainsi également notre présence locale», insiste Niccolo Polli.