POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pandémie

Le gouvernement aide à faire l’école à la maison



Les écoles étant fermées jusqu’au 19 avril inclus, une «helpline» a été mise en place. (Photo: Matic Zorman)

Les écoles étant fermées jusqu’au 19 avril inclus, une «helpline» a été mise en place. (Photo: Matic Zorman)

Un numéro d’écoute téléphonique a été mis en place, et des ressources pédagogiques mises en ligne.

Les écoles étant fermées jusqu’au 19 avril inclus dans le contexte de la pandémie de coronavirus, le ministère de l’Éducation nationale a mis en place un nouveau dispositif d’aide et de soutien pour les élèves, les enseignants et les parents.

Une «helpline» a été créée (8002 9090) pour répondre aux questions liées au bien-être comme à l’apprentissage des enfants du fondamental et du secondaire.

Un encadrement pédagogique est prodigué à ce numéro par une centaine d’enseignants et d’experts mobilisés. Ce service téléphonique est offert dans une quinzaine de langues. Et les enseignants eux-mêmes peuvent se faire aider pour élaborer des contenus et exercices à l’intention de leurs élèves.

À cet effet, le site internet schouldoheem.lu a par ailleurs été enrichi avec du matériel didactique. Les ressources pédagogiques et les outils technologiques s’adressent aux élèves de tous les niveaux de classe et aux enseignants de toutes les disciplines. La plate-forme est continuellement alimentée de nouveaux contenus.

Motivation

La bonne idée: pour motiver les élèves dans leur apprentissage, des «challenges» nationaux leur sont lancés chaque jour sur le site internet sous forme de concours. Il peut s’agir de résolution de problèmes, d’exercices d’orthographe, de calcul mental, etc. Des prix récompenseront les gagnants.

En plus de l’aide à l’enseignement à domicile, les parents peuvent recevoir via la helpline des conseils ou un accompagnement psychologique face à des situations d’isolement ou des problèmes psychosociaux. Des professionnels psycho-socio-éducatifs du Centre psycho-social et d’accompagnement scolaires (CePAS) et des services compétents du ministère sont en mesure d’y répondre.