ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Licent s’allie avec KeySign

Un ex-Join vient chasser sur les terres de Luxtrust



Après l’aventure Join, Claude Lüscher revient au Luxembourg avec une plateforme de signature développée par Licent et par une filiale du géant belge Cronos. (Photo: archives Maison Moderne)

Après l’aventure Join, Claude Lüscher revient au Luxembourg avec une plateforme de signature développée par Licent et par une filiale du géant belge Cronos. (Photo: archives Maison Moderne)

L’ex-Join Claude Lüscher, devenu managing director de Licent, annonce le lancement au Luxembourg d’une plateforme de signature électronique Licent Sign, en partenariat avec les Belges de KeySign.

«La plupart des plateformes mondiales de signature électronique sont basées aux États-Unis, ce qui est non seulement problématique en ce qui concerne la confidentialité, mais aussi parce que ces plateformes ne sont pas conçues en tenant compte des réglementations européennes. Les plateformes locales ont tendance à être non compétitives, que ce soit en termes de prix ou de portée fonctionnelle», assure Claude Lüscher, associé directeur chez Licent, dans le communiqué commun de la société luxembourgeoise Licent et de la belge KeySign .

«Nous sommes ravis de proposer une plateforme internationale, conçue pour le contexte européen, avec une expertise locale. Nous appuyant sur notre solide partenariat avec KeySign et leur mise en œuvre réussie de la plateforme chez des clients comme Airbus, Belfius ou les organisations gouvernementales belges et néerlandaises, nous proposons une nouvelle approche innovante des signatures numériques au marché luxembourgeois», souligne encore M. Lüscher.

«La plateforme, appelée Licent Sign, permet aux signataires situés dans différents pays de signer avec les moyens dont ils disposent, tels que les cartes à puce Luxtrust, les cartes eID belges et luxembourgeoises, Itsme Sign et bien d’autres, pour simplifier la commodité de signer n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quel appareil.»

La signature électronique n’est pas une photographie d’une signature faite à la main sur une feuille de papier, mais un code informatique qui assure que c’est bien l’utilisateur qui a donné son accord à une transaction ou à un contrat. Comme Luxtrust, Licent Sign offre les trois niveaux de signature électronique: simple (pour les opérations simples comme les notes de frais), avancée (pour verrouiller des contrats) et qualifiée (qui a la même valeur légale que la signature dans le monde réel et s’accompagne d’ailleurs d’une vérification sur place de l’identité de celui qui signe). 

Les trois niveaux répondent à des usages différents. Et les clients peuvent intégrer la solution dans leurs propres logiciels professionnels, indique aussi le communiqué. La société luxembourgeoise peut aussi apporter son expertise en matière de respect du RGPD en faisant des contrats de DPO as a service.

Au début des années 2010, Claude Lüscher et deux associés avaient lancé Join, un opérateur qui s’affranchissait déjà des frais liés au roaming, projet qui survit aujourd’hui chez Post.

KeySign, dirigée par Stefan Claeys, appartient au groupe Cronos, dont le chiffre d’affaires avoisine le milliard d’euros. Il est spécialisé dans la transformation digitale des entreprises.