LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Voyages

Covid-19

Dix questions sur le QR code avant de partir en vacances



L’été approche et les envies de bouger augmentent. Le QR code unifié au niveau européen devrait progressivement être déployé. Avant une version mondiale sous la direction de l’OMS. (Photo: Shutterstock)

L’été approche et les envies de bouger augmentent. Le QR code unifié au niveau européen devrait progressivement être déployé. Avant une version mondiale sous la direction de l’OMS. (Photo: Shutterstock)

À partir du 1er juillet, les pays de l’Union européenne seront capables à la fois de délivrer un QR code «unifié» à chaque résident qui attestera de sa situation vis-à-vis du Covid-19 et de vérifier les QR codes qui leur seront présentés.

Quels éléments figurent dans le QR code?

Le certificat Covid numérique de l’UE , ou certificat vert ou «green certificat», comprend les informations essentielles: le nom et le prénom, la date de naissance, la date de délivrance, des informations pertinentes sur le vaccin/test/rétablissement (maladie ou agent ciblé, type de vaccin, nom du vaccin, fabricant du vaccin, date de vaccination, État membre de vaccination) et des détails techniques (date d’expiration du certificat, émetteur du certificat – le ministère de la Santé du Luxembourg – et un identifiant unique).

Quelle est la différence entre le QR code et CovidCheck?

Le premier réunit donc les informations personnelles, il peut être stocké sur son smartphone en PDF ou en capture d’écran, ou imprimé. Le second est une application luxembourgeoise. L’Union européenne a appelé les États membres à développer leur propre application ou à en utiliser une commune si cela faisait du sens dans certains groupes de pays. L’application sert à scanner le QR code.

Que fait l’application?

Elle va scanner le QR code et comprendre instantanément s’il est authentique grâce à l’identifiant unique. Logiquement, vu que ce document doit être stocké physiquement par le porteur ou numériquement sur un smartphone, le «contrôleur» devrait aussi vérifier l’identité de celui qui se présente. Le système avait été imaginé au départ comme pouvant se passer du contrôle d’identité, puisque celui qui doit le présenter a un code, une empreinte ou un outil de reconnaissance du visage pour déverrouiller son smartphone.

Est-ce que l’application stocke les données?

Non, elle ne fait que vérifier l’authenticité du document, auprès d’un portail européen ( la passerelle ) qui stocke les identifiants et pas les données personnelles.

Où sont conservées mes données?

Dans l’État membre qui a délivré le QR code. Ce QR code sera chiffré pour préserver la confidentialité des données.

Quels sont les «statuts» présents dans le QR code?

Le certificat indiquera si une personne est vaccinée contre le Covid-19, si elle s’est remise du virus ou si elle a un résultat négatif d’un test.

Je suis résident luxembourgeois et je dois voyager depuis Bruxelles ou Francfort; je suis résident français, belge ou allemand et je dois m’envoler depuis le Findel, qu’est-ce que cela change?

Rien. En théorie, rien. À partir du 1er juillet, et jusqu’à six semaines au maximum (12 août), les États membres ont accepté de mettre en place une interopérabilité du dispositif. Autrement dit, toute personne en charge de vérifier que vous êtes vacciné, rétabli ou négatif, pourra lire le QR code. D’ici là et jusqu’à la mise en service dans l’endroit où vous voulez vous rendre, le mieux est d’utiliser l’outil intelligent mis en place par Luxair , qui renseigne, en temps réel, sur ce que vous devez faire pour aller dans tous les pays desservis par la compagnie nationale.

Qui est prêt et qui ne l’est pas?

La plupart des pays ont déjà mis en route le système avant même la date officielle du 1er juillet. Selon le site de l’Union européenne qui centralise les informations sur le sujet, à la date du 17 juin, il est prêt à être déployé partout sauf en Finlande, en Hongrie et à Malte. Et il est déployé partout sauf à Chypre, en Finlande, en Hongrie, en Irlande, en Italie, à Malte, aux Pays-Bas, en Roumanie, en Slovaquie, en Slovénie, en Suède, au Liechtenstein, en Suisse et en Norvège. Les États membres ont jusqu’au 12 août pour le déployer.

Est-ce que cela veut dire que je peux aller partout avec ce seul QR code?

Oui et non. En théorie, oui. En pratique non, parce que tous les États membres n’en sont pas au même point avec la vaccination et la reconnaissance de vaccination. Par exemple, pour aller au Portugal, il faut présenter le résultat d’un test antigénique négatif de moins de 72 heures, alors que pour rentrer du Portugal, pas de souci. Il faut donc vérifier, bien avant de partir, la procédure à suivre. La situation va changer progressivement à partir du 1er juillet. Le QR code permet aussi d’accéder plus facilement aux événements ou aux restaurants au Luxembourg. À ceci près que les restaurateurs n’ont pas vocation à contrôler les identités, a rappelé la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), lors de la présentation. Les policiers, eux, pourront le faire.

Existe-t-il une menace particulière concernant le QR code?

Oui, comme à chaque lancement d’une technologie logiquement mal maîtrisée par le grand public, des hackers en profitent pour tenter d’accéder à des données personnelles et confidentielles. Il est, par exemple, possible de recevoir un e-mail ou un SMS qui dit contenir votre QR code et qui contiendrait en fait un logiciel malveillant, invisible aux yeux des non-initiés, pour aspirer vos données. Le gouvernement luxembourgeois permet, via l’application mobile CovidCheck, de vérifier l’authenticité de ce code. Il faut télécharger l’application sur l’ AppStore ou sur Google Play et scanner le code. Si l’écran est vert, tout va bien. S’il est rouge, il n’est pas valide.