POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Certificat sanitaire

Les frontaliers auront accès au CovidCheck



«Le but est d’harmoniser les certificats, que tous les QR actifs soient conformes», explique le ministère de la Santé. (Photo: Shutterstock)

«Le but est d’harmoniser les certificats, que tous les QR actifs soient conformes», explique le ministère de la Santé. (Photo: Shutterstock)

Quelques semaines avant l’entrée en vigueur du passeport sanitaire européen, le gouvernement luxembourgeois a annoncé, mercredi, la mise en place dans le pays, dès le 13 juin, de CovidCheck, un système qui pourra être utilisé par les frontaliers. Explications.

Après l’annonce, ce mercredi 2 juin, par le Premier ministre Xavier Bettel (DP) et la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) de la mise en place du CovidCheck dans le pays , de nombreux frontaliers se sont interrogés quant à leur accès à ce système qui doit permettre de prouver que l’on est vacciné, testé ou guéri du Covid-19.

Contacté par Paperjam, le ministère de la Santé précise que le CovidCheck «est la version luxembourgeoise du passeport sanitaire européen qui doit entrer en vigueur début juillet. Développé par le CTIE (Centre des technologies de l’information de l’État), il reprend le même cahier des charges que le certificat vert européen.»

Autrement dit, le QR code certifié qui sera imprimé sur les certificats de vaccination, de test ou de guérison au Luxembourg sera lisible dans les autres pays qui auront mis en place le certificat vert européen . «Et donc, de la même manière, les organisateurs d’événements ou restaurateurs luxembourgeois pourront lire les QR codes présents sur les certificats d’autres pays ayant mis ou allant mettre en place le certificat vert européen», ajoute le ministère de la Santé.

Harmoniser les certificats

Tous les frontaliers actuellement vaccinés ne l’ont d’ailleurs pas forcément été dans leur pays de résidence, «puisque, lors de la vaccination du personnel soignant, par exemple, il n’y a pas eu de distinction entre résidents et frontaliers», confirme le ministère de la Santé. Et la porte-parole de rappeler qu’une fois le certificat vert européen généralisé dans les pays participants, au plus tard à la mi-août, les applications nationales et l’application européenne pourront fusionner. «Le but est d’harmoniser les certificats, que tous les QR actifs soient conformes. Et l’objectif de CovidCheck est donc de vérifier l’authenticité des certificats.»

Les frontaliers étant partie prenante du large scale testing, et affiliés de facto à la Caisse nationale de santé, ils pourront également obtenir un certificat garantissant un test PCR négatif ou un résultat négatif après un test rapide effectué en pharmacie, réalisés au Luxembourg. Ils pourront aussi avoir accès au certificat de guérison.