COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

investir autrement

Le diagnostic précoce, la meilleure arme contre le cancer



Le 4 Février, c'est la Journée Mondiale de Lutte contre le Cancer Crédit : Shutterstock

Le 4 Février, c'est la Journée Mondiale de Lutte contre le Cancer Crédit : Shutterstock

Ce 4 février est la Journée mondiale de lutte contre le cancer. L’occasion de rappeler l’importance d’un diagnostic précoce de la maladie, qui permet de mieux soigner et de sauver des vies. Partout dans le monde, la recherche développe de nouveaux outils pour améliorer la détection du cancer.

En cette Journée mondiale de lutte contre le cancer, il faut rappeler que cette maladie continue de tuer chaque jour. 1600 personnes en décèdent ainsi quotidiennement aux États-Unis. L’une des solutions les plus efficaces pour réduire le taux de mortalité des individus atteints du cancer est de parvenir à diagnostiquer la maladie de façon plus précoce. L’OMS rappelle ainsi que le taux de guérison de certains des cancers les plus répandus est élevé s’ils sont décelés suffisamment tôt. Des progrès significatifs ont d’ailleurs été enregistrés dans certains pays lorsque des campagnes de dépistage efficaces ont été mises en place. Ainsi, en France, la mortalité des personnes victimes du cancer du sein a connu une baisse située entre 15 à 21 % après l’instauration de dépistages mieux organisés.

De nouveaux tests de dépistage

Au-delà de l’investissement des pouvoirs publics dans la prévention et l’organisation de campagnes de dépistage, il est clair que l’évolution de la technologie joue également un rôle crucial. Au cours de ces dernières années, d’importantes avancées ont été réalisées et des techniques de dépistage bien plus efficaces ont été mises au point. Le dépistage sanguin du cancer, aujourd’hui exclusivement adapté au cancer de la prostate, pourrait ainsi bientôt permettre de détecter de nombreux cancers à un stade précoce. Certains tests déjà menés permettent par exemple de repérer un cancer avec 70 % de réussite, mais aussi de localiser l’organe touché dans 83 % des cas.

Aujourd’hui, certains tests salivaires permettent également de savoir très rapidement si une personne présente un risque important de développer un cancer du sein. Ce test donne en effet la possibilité de voir si les utilisatrices sont porteuses des gènes BRCA1 et BRCA2, associés à un risque élevé de développer cette forme de cancer. Certes, ces patientes ne seront pas forcément victimes de la maladie, mais connaissant le risque qu’elles présentent, elles pourront surveiller de plus près leur santé.

Une étude a montré que l’intelligence artificielle est capable de repérer un cancer de la peau avec une efficacité de 95 %, et un cancer du col de l’utérus avec 91 % de réussite.
Rudi Ven de Eynde

Rudi Ven de Eynde,  Fund Manager,  Candriam

L’aide de l’intelligence artificielle

C’est toutefois une autre nouvelle technologie qui pourrait permettre de faciliter plus encore le diagnostic précoce de plusieurs formes de cancer. L’intelligence artificielle, qui est très utilisée dans différentes applications informatiques que nous employons au quotidien, commence à faire preuve de son efficacité dans le diagnostic de la maladie. C’est particulièrement le cas pour les cancers de la peau et du col de l’utérus. Certaines études récentes ont ainsi établi que, sur base de simples clichés, une intelligence artificielle était capable de repérer un cancer de la peau avec une efficacité de 95 %, et un cancer du col de l’utérus avec 91 % de réussite. Des logiciels d’intelligence artificielle, alimentés par 325 millions d’images médicales, permettent aujourd’hui à des radiologistes d’obtenir une aide précieuse dans l’analyse des radios ou d’autres images de patients. Au-delà du dépistage, l’efficacité d’un traitement d’immunothérapie peut être mieux anticipée grâce à l’intelligence artificielle. Celle-ci se base sur des images produites par un scanner pour prédire la réponse positive d’un patient à ce type de traitement. Cette technique, qui devrait encore être perfectionnée dans les prochains mois, s’avère moins invasive, moins risquée et moins coûteuse.

Candriam, à travers son fonds Oncology, cherche à soutenir le développement de technologies qui, demain, permettront de diagnostiquer facilement et à un stade précoce la plupart des cancers. Nos experts, disposant de compétences variées, sélectionnent pour cela les sociétés aux projets les plus prometteurs.

Découvrez ici les spécificités du fonds Oncology de Candriam et comment il investit au sein de sociétés à même de développer de nouvelles technologies de dépistage.