POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Sécurité

Deux vélos électriques dangereux



233201.jpg

Le modèle «Jet» de la marque Flebi était vendu chez Electricity Sàrl. (Photo: Capture d'écran Youtube)

L’Ilnas a soumis à des contrôles administratifs et des tests de sécurité douze modèles de vélos électriques de différentes marques. Deux se sont tout simplement brisés en laboratoire et présentent donc une dangerosité pour les utilisateurs.

Si vous possédez un vélo pliable à assistance électrique «Easy» de la marque Enik ou «Jet» de la marque Flebi, l’Ilnas (Institut luxembourgeois de la normalisation, de l’accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services) vous recommande de ne plus les utiliser et de les ramener là où ils ont été achetés.

Ces non-conformités présentent un risque élevé voire grave pour la sécurité des utilisateurs.

Ilnas

Ces deux vélos présentent en effet une dangerosité certaine lors de leur utilisation. Ils se sont en effet brisés lors de tests menés dans le cadre de la résistance de leur structure.

«Ces non-conformités, qui représentent un risque élevé voire grave pour la sécurité des utilisateurs, ont fait l’objet d’interdictions de vente au niveau national et d’une demande de mise en conformité. Elles ont été notifiées à la Commission européenne par le biais du système d’alerte rapide ‘Safety Gate’, pour qu’ils soient retirés du marché de l’ensemble de l’espace économique européen et rappelés auprès des utilisateurs», indique l’Ilnas.

233174.jpg

Le modèle «Easy» de la marque Enik était vendu dans les magasins Globus Baumarkt. (Photo: DR)

La détection de ces non-conformités s’est faite dans le cadre d’une enquête nationale sur les vélos électriques, tant ceux dont la vitesse est limitée à 25 km/h que ceux qui peuvent rouler jusqu’à 45 km/h.

Douze produits de différentes marques ont été choisis afin de disposer d’un panel le plus représentatif possible de ce qui se vend et s’utilise au Luxembourg.

Des non-conformités pour 7 modèles sur 12

Des contrôles administratifs et techniques ont donc été menés chez des revendeurs, notamment afin de vérifier les marquages, étiquetages et documents obligatoires qui accompagnent les vélos. Des non-conformités ont été mises en évidence sur 7 modèles parmi les 12 qui ont été contrôlés.

«Les agents de l’Ilnas ont contacté les opérateurs économiques, notamment les fabricants et distributeurs concernés, afin de faire procéder à la mise en conformité administrative de ces produits», relate le communiqué de l’administration.

Un laboratoire externe a aussi mené des contrôles techniques sur la mesure de la vitesse maximale d’assistance, le système et la performance de freinage, et la résistance mécanique de la structure.

«Aucun des vélos testés n’a présenté de non-conformité au niveau de la performance du freinage ou de la vitesse maximale d’assistance», relève l’Ilnas.

«Cependant, deux vélos n’ont pas réussi à passer les tests sur la résistance de la structure.» Avec rupture de celle-ci en laboratoire et donc le retrait immédiat des deux produits du marché, ainsi que leur signalisation à l’échelle européenne.