POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Bilan hebdomadaire

Covid-19: les infections ont baissé de 39% sur un mois



Depuis cinq semaines, le nombre de personnes testées positives au Covid-19 n’a cessé de diminuer dans les bilans hebdomadaires du ministère de la Santé. Et le dernier en date est fort positif.

Pour la semaine du 3 au 9 mai, le nombre de personnes testées positives au Covid-19 a chuté de 1.119 à 936, soit une diminution de 16,4% par rapport à la semaine précédente. Une baisse qui se confirme semaine après semaine. De 1.544 cas positifs lors de la semaine allant du 5 au 11 avril, on est donc tombé à 936. Soit une chute de 39% en un mois.

Et ce n’est pas le seul chiffre positif publié par le ministère de la Santé dans sa dernière rétrospective hebdomadaire consacrée au Covid-19. En effet, on a pu constater ce mercredi que le nombre de cas contacts est passé de 2.967 à 2.423 (-18,4%), alors que celui des infections actives était également à nouveau en baisse avec 2.167 (par rapport à 2.467 au 2 mai).

Dans les hôpitaux également, la tendance est à une (légère) baisse: de 58 à 56 hospitalisations en soins normaux, et de 34 à 32 en soins intensifs.

Au fond, le seul chiffre à la hausse est celui… des tests PCR effectués (53.487). Sans négliger la courbe des décès, qui s’est nettement stabilisée ces dernières semaines. Les journées sans décès ont refait leur apparition, même si cinq nouvelles disparitions sont à signaler en mai. 

Les 0-14 ans ont le taux d’incidence le plus élevé

Au niveau du taux d’incidence, ce dernier continue sa tendance à la baisse avec 147 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours, contre 176 cas pour 100.000 habitants pour la semaine du 26 avril. Par rapport à la semaine précédente, le taux d’incidence diminue dans toutes les tranches d’âge, à l’exception des 0-14 ans (pour laquelle il augmente de 6%). La plus grande diminution est enregistrée chez les 75 ans ou plus (-44%). Cette dernière catégorie possède désormais le taux d’incidence le plus bas avec 31 cas pour 100.000 habitants, suivie par la tranche d’âge des 60-74 avec 63 cas pour 100.000 habitants. Par contre, les enfants de 0 à 14 ans ont désormais le taux d’incidence le plus élevé avec 211 cas pour 100.000 habitants.

À noter que, comparé au reste de la population, on observe un taux d’incidence 3,3 fois plus bas chez les personnes de plus de 60 ans. Soit la catégorie qui représentait la cible principale de la campagne de vaccination jusqu’à présent.

Le variant indien ne perce toujours pas

En matière de vaccination justement, la dernière semaine a été la meilleure depuis le début de la campagne: 26.678 personnes ont reçu une première dose et 14.039 une deuxième, pour un total de 40.717 doses administrées.

Enfin, au niveau de l’évolution des variants, la situation reste stable. Pour la semaine du 19 au 25 avril, le séquençage (réalisé sur 56,7% des échantillons) a en effet révélé la répartition suivante: le variant britannique représente 85,3% des cas, le sud-africain 10,4% et  le brésilien 1,2%. Sur cette période, seul un cas de variant indien a été détecté.