LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être & Sport

Le bon geste

Courir et nettoyer son quartier



Maurice Bauer s’étonne que des gens puissent encore jeter autant de déchets le long des routes. (Photo: DR)

Maurice Bauer s’étonne que des gens puissent encore jeter autant de déchets le long des routes. (Photo: DR)

De plus en plus de joggeurs profitent de leurs sorties pour rendre leur environnement plus accueillant. Maurice Bauer, échevin de Luxembourg-ville, pratique le «plogging» depuis quelques semaines et espère faire des adeptes.

Qu’ils sillonnent les routes, les rues des grandes villes ou les chemins de campagne, les joggeurs font souvent le constat d’un manque de civisme concernant la quantité de déchets qui s’étalent sur leur parcours.

Pour ne pas courir «inutile», de plus en plus de runners profitent donc de leur entraînement pour rendre leur environnement plus propre. Et comme notre époque trouve des noms compliqués aux activités les plus simples, courir en ramassant des déchets se définit par le terme «plogging». Une contraction du verbe suédois «plocka upp» (ramasser) et de jogging ou running. Certains parlent aussi d’«écorunning».

On ne peut évidemment que vous conseiller d’essayer. Que vous ramassiez l’un ou l’autre déchet au passage jusqu’à la prochaine poubelle, ou que vous alliez jusqu’à prendre un sac à déchets avec vous. C’est le choix qu’a fait Maurice Bauer, échevin des affaires sociales (CSV) de la ville de Luxembourg et secrétaire général de la Bourse de Luxembourg.

Un sac et une pince à déchets

Chaque week-end, il part pour un tour de 7 à 8km au départ du quartier du Limpertsberg, où il réside. Depuis quelques semaines, il démarre muni d’un sac poubelle de 25 litres et d’une pince à manche pour le ramassage des déchets. «Le résultat est effrayant», observe-t-il. «Je reviens pratiquement à chaque fois avec un sac rempli de canettes, de bouteilles en plastique et de… masques.»

Il part pourtant de l’idée que Luxembourg reste une ville propre et que de nombreuses poubelles ont été positionnées pour pouvoir se débarrasser de ses déchets. «J’ai du mal à comprendre le réflexe des gens qui jettent leurs détritus sur la voie publique. C’est du pur égoïsme.»

L’idée de se lancer lui est venue d’un ami qui jouait au «nettoyeur de rues» depuis un certain temps en pratiquant la course. Aujourd’hui, il espère lui aussi faire des adeptes. «Le mouvement est en expansion», note-t-il, rassuré. «Je vois désormais d’autres joggeurs qui emportent un sac poubelle, il y a un réel mouvement de prise de conscience.»

Il y a un réel mouvement de prise de conscience.

Maurice Bauer,  échevin des affaires sociales,  Luxembourg-ville

Les joggeurs qui pratiquent le plogging à travers le monde en vantent d’ailleurs les bienfaits pour l’entraînement. Les mouvements de ramassage permettent en effet de varier les mouvements du corps: flexions, accroupissements, étirements… «L’utilisation d’une pince me permet de rester dans un mouvement de course», convient Maurice Bauer. «Et, au fur et à mesure que le sac se remplit, le haut du corps travaille de plus en plus.»

À tester lors de vos prochaines sorties. Et si vous n’avez jamais fait attention aux déchets, regardez simplement un peu plus loin que vos pieds et vous verrez…