PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Marché de l’art

Les conférences Art & Finance 2020 passent au virtuel



Adriano Picinati di Torcello coordonne le pôle Art&Finance pour Deloitte. (Photo: Deloitte Luxembourg)

Adriano Picinati di Torcello coordonne le pôle Art&Finance pour Deloitte. (Photo: Deloitte Luxembourg)

Tous les ans, Deloitte Luxembourg organise les conférences Art&Finance. Cette année, les discussions prennent une tournure virtuelle et sont organisées dans le cadre de ArtCity.

Présence de Covid-19 oblige, les conférences Art&Finance organisées tous les ans par Deloitte Luxembourg depuis 2008 doivent se tenir en version digitale. Une contrainte qui devrait en fait permettre de toucher un public encore plus large que d’habitude, et qui permet de rassembler encore plus d’experts internationaux. «Pour cette édition, nous sommes parvenus à travailler en synergie avec neuf bureaux Deloitte et organiser sept conférences qui se tiennent entre vendredi 23 et mercredi 28 octobre», précise Adriano Picinati di Torcello, directeur et coordinateur Art&Finance pour Deloitte.

Depuis 12 ans maintenant, Deloitte Luxembourg a choisi d’éveiller l’attention sur les liens qui existent entre l’art et la finance et d’amener à mieux faire se rencontrer les acteurs de la finance et les professionnels du milieu culturel. Pour ce faire, des conférences sont organisées et permettent de discuter des thématiques les plus importantes du moment. «Chaque conférence, qui s’est toujours tenue de manière itinérante, entre Londres, Paris, Miami, Monaco, Luxembourg ou Maastricht, aborde différents thèmes qui sont en corrélation avec les évolutions et les transformations de ces secteurs, tels que les liens entre art et technologie ou encore les grandes tendances du marché de l’art.»

Cette année, le programme des discussions s’ouvre par deux conférences aux thèmes provocateurs, à savoir les liens entre culture et smart cities, et la culture et l’impact durable de l’investissement. «Le principe des smart cities est désormais bien connu, mais jamais il n’a été question jusqu’à présent d’y inclure une dimension culturelle. Quant à la seconde conférence «Culture & Sustainable Impact Investment», elle permet de mettre la lumière sur des mécanismes de financement qui pourraient venir soutenir le secteur culturel fortement impacté par la crise sanitaire.»

Parmi les autres sujets abordés, on note le marché de l’art à Hong Kong et en Russie, la transformation digitale du secteur culturel, la transparence et la responsabilité dans le marché de l’art ou encore de la présence d’objets d’art dans les biens patrimoniaux des grandes fortunes.

«Pour la première fois, nos conférences se tiennent dans le cadre de ArtCity, une plateforme interactive qui fonctionne comme une ville virtuelle. Les différents bâtiments sont occupés par des galeries, des institutions où il est possible d’entrer et d’entamer une conversation avec les représentants, comme une foire d’art en direct. Deloitte y aura son bâtiment par exemple. C’est tout un écosystème qui y est développé, et les conférences que nous organisons en font partie», conclut Adriano Picinati di Torcello.

Pour participer à ArtCity et aux conférences Art&Finance, les inscriptions sont obligatoires .