PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Préparation de la foire

Comment s’assurent les forains de la Schueberfouer



260528.jpg

La Ville de Luxembourg et les quelque 250 forains ont dû souscrire plusieurs types d’assurances. (Photo: Nader Ghavami)

La Ville de Luxembourg, comme les forains, doit être assurée contre la survenance de nombreux risques avant l’ouverture de la foire. Passage en revue des différentes problématiques liées à l’assurance.

De l’huile bouillante pour du poisson frit à gogo: pour un assureur, plus que le gage d’un bon repas, il s’agit de conditions optimales pour un départ de feu et de potentiels dégâts humains et matériels conséquents, en particulier si le stand en question est en bois et à deux étages...

Avant de faire chauffer les machines à gaufres et les rails de l’Alpina Bahn à partir du 23 août lors de la Schueberfouer, la Ville de Luxembourg et les quelque 250 forains ont donc dû souscrire plusieurs types d’assurances.

La Ville dispose d’une assurance en responsabilité civile. Et les forains doivent s’aligner sur son cahier des charges pour disposer d’un emplacement sur la foire.

La Ville requiert ainsi une assurance responsabilité civile, une assurance couvrant le risque d’incendie (y compris le risque de la propagation de l’incendie à un stand voisin) et une garantie contre le risque d’intoxication alimentaire pour les forains concernés.

Elle demande également diverses attestations de conformité aux forains, notamment au niveau du fonctionnement, de la stabilité, de la sécurité, des installations électriques et/ou hydrauliques, et de la salubrité.

Exigences élevées

«Pour les types de forains que nous assurons (essentiellement des restaurants et des commerces), il n’y a pas d’obligation légale d’assurance. Cependant, les exigences des organisateurs de grandes foires comme la Schueberfouer sont plus élevées», atteste Benoît Royer, responsable Back-office contrats chez Foyer.

Avant d’ajouter: «D’une manière générale, les forains, comme tous commerçants, prennent des couvertures dommages, responsabilité civile et pertes financières. Certaines extensions facultatives existent, comme la couverture tempête ou les dommages électriques, mais il faut bien évaluer son besoin.»

Foyer assure certains des 80 camelots, des 13 restaurants et des 16 confiseurs présents sur la foire. Et la majorité de leurs contrats sont temporaires, couvrant uniquement la durée de la foire.

«Pour les stands que nous assurons, les sinistres les plus fréquents concernent des départs d’incendie, de petits dommages matériels ou des chutes de personnes. Ce sont des événements proches de ceux rencontrés dans le secteur de l’hôtellerie-restauration classique», affirme Benoît Royer.

Bris de machines

Les exploitants de manèges, eux, rencontrent des problématiques différentes. Pour les manèges, le bris de machines peut par exemple être assuré, et concomitamment, les pertes d’exploitation qui peuvent en résulter.

L’assurance ne peut cependant pas parer à toute éventualité: une mauvaise météo peut par exemple engendrer une forte baisse de fréquentation et donc de chiffre d’affaires pour les forains, qui ne pourront pas frapper à la porte de leur assureur. Le cas d’une foire est par exemple différent de celui d’un festival, pour lequel des garanties peuvent jouer suite à des intempéries.

«Au final, le niveau de prime dépend de l’activité exacte, des sommes assurées, du chiffre d’affaires et du type de garanties souscrites. Généralement, pour une foire comme la Schueberfouer, le coût d’une assurance est compris entre quelques centaines d’euros et plus de 1.000 euros», déclare Benoît Royer.

Pour l’édition 2020 de la Schueberfouer, les certificats et autres pièces demandés doivent déjà être envoyés à la Ville avant le 15 septembre 2019.