POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

déchets 

Un comité pour suivre le crassier de Differdange



Un comité d’accompagnement doit permettre de suivre à moyen et long terme l’évolution de la décharge, indépendamment de sa mise en conformité demandée pour l’été prochain. (Photo: ministère de l’Environnement)

Un comité d’accompagnement doit permettre de suivre à moyen et long terme l’évolution de la décharge, indépendamment de sa mise en conformité demandée pour l’été prochain. (Photo: ministère de l’Environnement)

Le ministère de l’Environnement a mis en place un comité d’accompagnement visant à échanger des informations sur le contenu et l’évolution du crassier, en particulier concernant les déchets toxiques qui y seraient déversés.

L’affaire avait défrayé la chronique mi-janvier: le média Reporter révélait le déversement de déchets toxiques  en toute illégalité sur le crassier attenant au site d’ArcelorMittal de Differdange. 

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), avait annoncé en commission parlementaire la commande d’une étude d’impact environnemental, financée par ArcelorMittal et menée par un bureau indépendant, afin d’inventorier les matières stockées sur le site à ciel ouvert. Tout en exigeant la mise en conformité du site  pour le mois de juillet 2020 .

Un nouveau pas a été franchi mardi lors d’une table ronde réunissant le ministère de l’Environnement, les représentants des communes de Sanem et Differdange, ArcelorMittal et également la société Cloos, d’après le Luxemburger Wort. Il a été décidé de former un comité d’accompagnement se réunissant au moins trois fois par an et permettant d’échanger sur les études environnementales en cours.

C’est la partie du crassier dite «Wawerbëch» qui fera l’objet d’une première analyse sur les dépôts entreposés, l’existence ou non d’autorisations légales selon leur nature et leur impact sur l’environnement, comme sur les riverains.