POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Passation de pouvoirs

Charles Michel prend les rênes du Conseil européen



291289.jpg

Charles Michel (à gauche) reprend une mission à laquelle Donald Tusk a su donner de l’importance en cinq ans. (Photo: Twitter/Charles Michel)

Charles Michel a reçu les clés de la présidence du Conseil européen des mains de Donald Tusk. L’ex-Premier ministre belge part pour un mandat de 2,5 ans renouvelable une fois, après avoir reçu l’appui de la plupart des chefs d’État européens.

Dimanche 1er décembre, le Belge Charles Michel deviendra officiellement président du Conseil européen. Il remplacera le Polonais Donald Tusk, qui a exercé la fonction de 2014 à 2019. Celui-ci est depuis deux jours président du parti PPE .

La passation de pouvoirs s’est faite ce vendredi entre les deux hommes à Bruxelles. Pour ses adieux, Tusk a publié une vidéo où on le voit courir dans les rues de Bruxelles tout en souhaitant «bon courage» à son successeur.

Charles Michel n’est que le troisième président de l’institution. Il en sera le plus jeune. La fonction a été créée par le traité de Lisbonne qui est entré en vigueur en 2009. Elle prévoit un mandat de 2,5 ans renouvelable une fois. Le premier à avoir exercé la fonction était le Belge (encore un!) Herman Van Rompuy.

Premier ministre d’un gouvernement en affaires courantes depuis plusieurs mois, Charles Michel (44 ans le 21 décembre prochain) est le premier représentant de la mouvance libérale à accéder au poste. Ses deux prédécesseurs étaient issus de la mouvance PPE (chrétiens conservateurs), dominante au niveau du Parlement européen.

Mais Charles Michel, personnage relativement consensuel, a su faire l’unanimité parmi les chefs d’État européens. Il entretient de très bons rapports avec Emmanuel Macron et Angela Merkel , ce qui a évidemment joué en sa faveur. Mais ses rapports sont également excellents avec Xavier Bettel , les deux hommes étant de la même tendance politique et de la même génération.

Une ascension étonnante

Jeune loup qui a su grimper les marches quatre à quatre pour arriver au sommet, il est aussi le fils de l’ancien commissaire européen Louis Michel. Il devient député à l’âge de 23 ans, en 1999. L’année suivante, il est déjà nommé ministre des Affaires intérieures au sein du gouvernement wallon.

En 2011, il devient président du Mouvement réformateur (parti libéral francophone), un poste qu’il occupe jusqu’en 2014. À cette date, il devient Premier ministre d’un gouvernement fédéral où les francophones sont pourtant minoritaires. Il a été remplacé le 27 octobre dernier par Sophie Wilmès .

En février de cette année, il avait à nouveau repris la présidence de son parti. Son successeur sera connu ce week-end, après le second tour de l’élection interne.

En tant que président du Conseil européen, Charles Michel aura pour mission de préparer les réunions des chefs d’État et de gouvernement et d’assurer le suivi des travaux. À lui ensuite d’imposer sa patte et celle de l’Union européenne dans le débat international, un exercice dans lequel son prédécesseur n’a pas démérité.