LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Foodzilla

oui, chef!

Ça pousse toujours aussi bien chez Sandrine



283650.jpg

Sandrine Pingeon, figure de proue du «manger mieux» au Luxembourg. (Photo: La La La Photo)

Sandrine Pingeon s’est fait un nom au Luxembourg grâce à ses paniers de légumes bons et locaux et ses collaborations avec les meilleures tables du pays. Plus impliquée que jamais dans son terroir, elle incarne le «manger mieux» avec enthousiasme et pédagogie.

Comment se porte votre activité après cette saison estivale?

Sandrine Pingeon. – «Nous avons eu une saison de production somme toute assez classique ces dernières années au Luxembourg, avec un épisode de sécheresse qui nous pousse à faire très attention à l’eau que nous amenons et utilisons dans le jardin. Une tendance qui s’inverse plus tard dans l’été! Par exemple, nos carottes de printemps sont aussi grosses que celles plantées fin juillet, et les sols sont presque trop humides à présent. Ceci dit, nous avons eu une superbe saison de tomates, ce qui est un peu notre marque de fabrique. L’activité au magasin, quant à elle, est excellente.

Êtes-vous toujours dans la même dynamique, entre particuliers et restaurateurs?

«Absolument, l’activité particulière avec les ventes sur place, à la ferme, et les paniers reste notre source de revenus principale. C’est une approche assez différente, car si je peux réguler le nombre de paniers, et donc maîtriser la production nécessaire, c’est une autre paire de manches au magasin de la ferme, qui n’est pourtant ouvert que deux jours par semaine. On a eu 210 clients en quatre heures récemment! Les gens sont prêts à être patients et à faire la file pour avoir nos légumes, on sent vraiment une envie de manger mieux et local... »

Que vous apportent vos collaborations avec les chefs luxembourgeois dans ce cas ?

« Fournir les meilleures tables de Luxembourg est évidemment une satisfaction et une fierté, autant qu’une relation humaine basée sur un courant qui passe bien et une certaine confiance. Ce sont des chefs comme René Mathieu et Cyril Molard qui m’ont accompagnée et soutenue dès le départ. Ce qui est intéressant, c’est que les chefs s’amusent beaucoup avec des légumes qui ne tentent pas du tout les particuliers, trop petits ou trop inconnus par exemple. C’est eux qui permettent de faire découvrir ces productions et qui participent aussi à notre politique zéro déchet à la ferme. Ce qui est une valeur qui plait aux équipes car ils voient ainsi que leur travail est valorisé et que rien n’est fait pour rien ! »

Quels sont les légumes de Sandrine qui vont se retrouver dans les assiettes cet hiver ?

« En cette saison, ce sont évidemment les racines qui sont au premier plan : des carottes multicolores, des navets, du panais et du topinambour, du persil tubéreux... J’ai de très jolis céleris raves mais j’étais sceptique quant à leur petite taille. Ils s’avèrent tout à fait délicieux et Cyril Molard les adore ! Nous avons aussi une quinzaine de variétés de courges dont nous maitrisons la production et qui durent tout l’hiver. Coté nouveautés, nous allons récolter sous peu nos premières patates douces, pour lesquelles nous avons créé nos propres boutures. J’ai aussi du pak choi que j’aime beaucoup et d’excellentes pousses de moutarde ! »