ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Lutte contre le Covid-19

BioNTech, la biotech voisine qui a aidé Pfizer



À moins de 100 kilomètres de Luxembourg-Ville, Biontech est à la base du vaccin de Pfizer. (Photo: Biontech)

À moins de 100 kilomètres de Luxembourg-Ville, Biontech est à la base du vaccin de Pfizer. (Photo: Biontech)

Derrière la spectaculaire annonce de Pfizer se cachent les travaux d’un couple de Turcs à la tête d’une biotech allemande née juste à côté du Luxembourg et devenus milliardaires depuis leur association avec l’américaine. Un cas d’école du potentiel européen s’il était mieux soutenu…

La naissance d’un champion européen. Une sorte de running joke européenne régulièrement ressortie des ambitions naissantes d’une Commission européenne fraîchement désignée et qui ne survit jamais au mur de la fragmentation du marché «unique».

Pourtant, une fois encore, une start-up européenne démontre le potentiel des chercheurs et des entrepreneurs innovants. Derrière l’annonce d’un potentiel vaccin contre le Covid-19 du géant américain Pfizer se cachent… deux milliardaires turcs à la tête d’une biotech allemande, détaille Bloomberg .

Lui, fils d’ouvrier de l’industrie automobile émigré de Turquie, a obtenu son diplôme de médecin à Cologne. Elle, née en Allemagne de parents émigrés et chirurgien, est diplômée en Sarre, racontent le Guardian et le New York Times .

BioNTech leur a permis de devenir milliardaires depuis l’annonce, cet été, de leur partenariat avec Pfizer.

«Les start-up technologiques européennes ont attiré 34 milliards de dollars d’investissements l’année dernière, ce qui était bien en dessous des 117 milliards de dollars investis aux États-Unis et des 63 milliards de dollars en Asie», rappelle Sifted . «Les gouvernements dévoilent des plans pour essayer de s’attaquer à la différence – la semaine dernière, l’ Allemagne a annoncé son intention  de permettre aux start-up de donner plus facilement des options d’achat d’actions aux employés, et la Commission européenne a annoncé qu’elle investirait 3,5 à 4 milliards d’euros dans les start-up entre 2021 et 2027.»