ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Sanctions et résultats

Le bénéfice de Facebook plombé par une amende record



256382.jpg

Facebook doit prévoir des contrôles indépendants sur la sécurisation des données privées de ses utilisateurs. (Photo: Shutterstock)

Facebook a écopé d’une amende record de 5 milliards de dollars pour le manque de respect de la vie privée des membres de son réseau. Son bénéfice trimestriel a donc été divisé par deux.

Facebook vient de se voir infliger une amende de 5 milliards de dollars de la part des autorités fédérales américaines pour son manque de respect par rapport aux données personnelles des utilisateurs. Le réseau social, pour qui les données de ses 2,4 milliards d’utilisateurs représentent l’actif le plus important, subit également des obligations autres que financières.

S’il s’agit d’une amende record. L’originalité de l’accord conclu entre Facebook et la Commission fédérale du commerce vient surtout des mesures préventives que le groupe devra mettre en place.

Il aura ainsi l’obligation de créer un comité indépendant sur la protection de la vie privée qui abroge le contrôle absolu de son PDG, Mark Zuckerberg, sur les décisions concernant la confidentialité des utilisateurs. Facebook devra aussi prévoir des fonctionnalités afin de permettre aux utilisateurs de mieux contrôler leur vie privée et fournir des rapports sur les risques et les solutions développées pour assurer la confidentialité des informations.

Les suites du scandale Cambridge Analytica

Le premier réseau social mondial est depuis longtemps dans le viseur des autorités par rapport à l’usage très rémunérateur qu’il fait des données personnelles. Mais c’est le scandale Cambridge Analytica, en mars 2018, qui a fait apparaître au grand jour les excès et poussé les autorités américaines à prendre des mesures draconiennes.

Il s’est en effet avéré que Facebook avait laissé fuiter des données vers la firme qui assistait Donald Trump lors de sa campagne pour les présidentielles en 2016.

Bénéfice divisé par deux

Cette amende est intervenue juste avant les résultats du groupe pour le deuxième trimestre 2019, le 24 juillet en soirée.

Malgré un chiffre d’affaires supérieur aux attentes, à 16,7 milliards de dollars, elle a fait chuter le bénéfice net trimestriel du réseau social de 50%, à 2,6 milliards de dollars. L’an dernier, pour la même période, il était de 5,1 milliards.

Facebook avait déjà provisionné 3 milliards au premier trimestre en vue de cette amende, qui ne met toutefois pas en danger son avenir. L’an dernier, le réseau social avait engrangé un bénéfice net de 22 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires de 55 milliards.