POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

finance climatique

La BEI forme les futurs gestionnaires de fonds climatiques



L’ICFA bénéficiera de l’expertise de la BEI sur la finance climatique pour former des gestionnaires de fonds spécialisés dans cette nouvelle branche de l’industrie. (Photo: BEI)

L’ICFA bénéficiera de l’expertise de la BEI sur la finance climatique pour former des gestionnaires de fonds spécialisés dans cette nouvelle branche de l’industrie. (Photo: BEI)

La Banque européenne d’investissement vient de signer un protocole d’accord avec l’International Climate Finance Accelerator Luxembourg afin de partager son savoir-faire.

Déjà partenaires, la BEI et l’ICFA s’engagent à renforcer leur collaboration. Le bras financier de l’UE va ainsi offrir aux gestionnaires de fonds des services d’accompagnement, de formation et de renforcement des capacités.

L’ICFA Luxembourg est un partenariat public-privé initié par les ministères des Finances et de l’Environnement, du Climat et du Développement durable. Il compte dix entités privées du secteur financier luxembourgeois (Arendt & Medernach, Deloitte, Elvinger Hoss Prussen, EY, Innpact, Investing for Development, KPMG, LuxFlag, PwC et 4Climate). Cette initiative vise à améliorer l’écosystème du financement de l’action en faveur du climat en créant au Luxembourg un environnement attractif et favorable aux gestionnaires de fonds spécialisés dans le financement climatique.

En l’occurrence, l’ICFA Luxembourg soutient des gestionnaires de fonds en formation qui se concentrent sur des investissements à fort impact environnemental et social dans le domaine du financement climatique innovant.

«L’accompagnement de la nouvelle génération de gestionnaires de fonds spécialisés dans le financement climatique innovant par l’intermédiaire d’un accélérateur tel que l’ICFA Luxembourg est essentiel pour soutenir et encourager les investissements verts du futur», commente Emma Navarro, vice-présidente de la BEI. «En partageant son savoir-faire avec eux, la BEI joue son rôle de banque européenne du climat et contribue à mobiliser des financements privés en faveur de projets qui sont essentiels pour parvenir à une économie à faible intensité de carbone et accroître la résilience de nos sociétés face aux changements climatiques.»

Tandis que le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) y voit «une nouvelle réussite marquante pour l’écosystème luxembourgeois de la finance climatique et durable. Depuis son lancement en 2018, 14 gestionnaires de fonds en plein essor, spécialistes du financement climatique et originaires de différentes parties du monde, ont bénéficié du programme, deux d’entre eux ayant déjà lancé leur fonds à impact climatique. Les efforts déployés par le Luxembourg pour soutenir des gestionnaires de fonds spécialisés dans le financement climatique innovant portent donc leurs fruits. Ce nouveau protocole d’accord conclu avec la BEI, la banque européenne du climat, constituera une étape importante pour renforcer et élargir encore la portée et l’impact de l’ICFA. Il donnera ainsi un élan supplémentaire au développement des compétences en matière de financement climatique au Luxembourg et ailleurs dans le monde.»

Et Carole Dieschbourg  (Déi Gréng), ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, de renchérir: «Il reste essentiel de mobiliser davantage de financement du secteur privé en faveur du climat en vue de la mise en œuvre réussie de l’Accord de Paris. À cet égard, la stratégie pour le financement climatique du Luxembourg à l’international vise à soutenir de nouveaux instruments financiers qui renforceront l’action en faveur du climat dans les pays en développement par la mobilisation de fonds supplémentaires provenant de sources privées. L’ICFA s’inscrit parfaitement dans le cadre de cet objectif et ce partenariat public-privé innovant bénéficiera aussi du soutien et du savoir-faire de la BEI, ce dont je me réjouis vraiment.»