ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Droits musicaux

ANote Music à la recherche de 60 traders



Une bonne idée pendant le confinement: acheter et vendre des droits musicaux sur la future plate-forme d’ANote Music sans prendre aucun risque réel. Pour permettre à la start-up de faire progresser son produit, prêt à être lancé. (Photo: Shutterstock)

Une bonne idée pendant le confinement: acheter et vendre des droits musicaux sur la future plate-forme d’ANote Music sans prendre aucun risque réel. Pour permettre à la start-up de faire progresser son produit, prêt à être lancé. (Photo: Shutterstock)

ANote Music a lancé une opération inédite pour trouver 60 premiers traders pour sa nouvelle plate-forme de négociation de droits musicaux. 15 jours pour devenir rois.

«Join now». La start-up du Technoport, ANote Music, à laquelle le père de Beyoncé avait prêté une oreille attentive , recrute. Ce que l’on appelle généralement des «bêta-testeurs». 

Ces 60 testeurs sont cette fois invités à gérer un portefeuille de 10.000 euros de droits musicaux, pendant 15 jours. À charge pour eux de faire fructifier cet investissement qui leur sera offert pour l’expérience.

Le vainqueur au bout des 15 jours – le concours a lieu du 22 avril au 5 mai – recevra une enceinte Bluetooth, mais la start-up est sûre que sa plate-forme sera soumise à rude épreuve.

Les autres participants recevront 50% de réduction sur les frais liés aux dividendes quand la plate-forme sera ouverte au public.

La start-up créée il y a deux ans au Luxembourg doit mener deux challenges de front: développer une plate-forme technologique qu’elle voudrait voir devenir la bourse des droits musicaux, et convaincre des détenteurs de ces droits de les y apporter pour y trouver des liquidités afin de développer d’autres projets de leurs chanteurs ou groupes sous contrat.