PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Une étude de l’Alfi

+40% d’actifs pour les fonds de dette privée



Selon le rapport rédigé par KPMG pour le compte de l’Alfi et publié ce 30 novembre, la dette privée a affiché des taux de croissance considérables et constitue une classe d’actifs solide, très diversifiée et très demandée. (Photo: archives Maison Moderne)

Selon le rapport rédigé par KPMG pour le compte de l’Alfi et publié ce 30 novembre, la dette privée a affiché des taux de croissance considérables et constitue une classe d’actifs solide, très diversifiée et très demandée. (Photo: archives Maison Moderne)

Les fonds de dette basés au Luxembourg ont enregistré une croissance à deux chiffres – une augmentation moyenne de plus de 40% des actifs sous gestion – de juin 2020 à juin 2021, selon les chiffres de l’Alfi.

Le bilan annuel des fonds de dette, parfois appelés fonds de prêt, a été réalisé par la société de conseil KPMG Luxembourg en collaboration avec l’Association luxembourgeoise de l’industrie des fonds. Les résultats ont été présentés à l’occasion de la conférence de l’Alfi sur le private equity et l’immobilier .

«Grâce à la réglementation imposée aux banques et à la sensibilisation croissante des investisseurs, le marché de la dette privée continue de se renforcer», déclarent Valeria Merkel et Julien Bieber de KPMG dans le rapport. Alors que beaucoup s’attendaient à ce que la pandémie stimule la demande de «stratégies opportunistes, en difficulté et de situations spéciales», le prêt direct est resté l’approche la plus utilisée par les fonds de dette domiciliés au Luxembourg, écrivent Merkel et Bieber, qui sont co-responsables de la dette privée au sein du cabinet de conseil.

Le rapport indique que, sur la base des données des participants à l’enquête, les actifs moyens sous gestion ont augmenté de 41% entre juin 2020 et juin 2021, «le marché atteignant désormais 181,7 milliards d'euros». L’UE et les autres marchés européens ont été «la cible d’investissements géographiques de choix».

Catégories de fonds d’emprunt

Une mince majorité de fonds de prêt sont des fonds de participation à la dette, ce qui signifie qu’ils achètent des prêts existants auprès de banques ou d’autres institutions financières, mais n’émettent pas de prêts eux-mêmes. Le nombre de fonds créateurs de dette, qui accordent directement des prêts, a légèrement augmenté entre 2020 et 2021.

Régime réglementaire

Il y a eu, selon KPMG, «une légère diminution des véhicules de fonds réglementés» entre 2020 et 2021. Un «fonds réglementé» signifie que le produit de fonds d’investissement lui-même est directement supervisé par un régulateur financier, tel que la CSSF du Luxembourg. Un «fonds non réglementé» est géré par un gestionnaire d’actifs réglementé, mais le produit lui-même n’est pas contrôlé par les autorités de surveillance financière. Les fonds non réglementés sont moins coûteux à mettre en place et à administrer, mais ne peuvent être vendus qu’à un plus petit nombre d’investisseurs avertis.

Fourchettes de taille des fonds

Les fonds de créances de petite taille restent plus courants.

Origine du promoteur

«La grande majorité» des promoteurs de fonds de dette luxembourgeois est située en Europe, indique le rapport de KPMG. «La plupart des initiateurs viennent du Royaume-Uni (43%), suivi de l’Allemagne (20%) et des États-Unis (18%), avec seulement 1% venant du Luxembourg.»

Stratégie d’investissement

Il y a eu un énorme changement (+34 points de pourcentage) vers le prêt direct entre 2020 et 2021. KPMG note que «le prêt direct peut inclure d’autres sous-stratégies». Il y a également eu une hausse notable de la dette détresse et de la dette mezzanine (qui est un hybride de dette et de capitaux propres).

Investissement par secteur

Camille Thomas, directeur général de l’Alfi, a déclaré dans le document: «Les fonds de dette privée connaissent eux-mêmes une croissance rapide, mais ils stimulent également la croissance de l’économie réelle, là où les autres sources de financement ne suffisent pas. Ils ajoutent à la diversité du financement et contribuent à équilibrer l’offre et la demande de liquidités pour les entreprises de petite et grande taille dans un large éventail de secteurs industriels, ce qui fait des fonds de dette privée une pierre angulaire de l’initiative de l’Union des marchés des capitaux de la Commission européenne.»

Pour illustrer la manière dont les fonds de créances soutiennent l’économie réelle, KPMG a ajouté pour la première fois des questions d’enquête sur les secteurs financés par les fonds de créances. Le mélange était diversifié, mais une part importante est consacrée à diverses formes d’infrastructures et d’installations physiques.

Lieux d’investissement

Les fonds de créances domiciliés au Luxembourg se concentrent de plus en plus sur les investissements dans plusieurs États membres de l’UE. Seule une infime minorité d’entre eux adopte une approche axée sur un seul pays.

Profil des investisseurs

Les investisseurs institutionnels ont représenté, dans une large mesure, les plus grands preneurs de fonds de créances. À partir d’une base très faible, l’intérêt des investisseurs particuliers a augmenté rapidement au cours des deux dernières années.

Base d’investisseurs

Le nombre de fonds de créances luxembourgeois ayant un petit nombre d’investisseurs (cinq ou moins) a augmenté.

Gains anticipés

La grande majorité – neuf sur dix – des fonds de créances couverts par l’enquête prévoient un rendement de 10% ou moins; trois sur cinq prévoient un rendement de 1% à 5%.

Perspectives d’avenir

Les auteurs du rapport prévoient que la pression réglementaire européenne, destinée à réduire le risque sur les bilans des banques, «accélérera le désendettement des banques dans le secteur des prêts non performants. Les effets sur le marché de la dette privée restent à voir. Toutefois, à l’instar de la réglementation supplémentaire imposée aux banques après la crise financière de 2008, le rétrécissement du crédit disponible pour les acteurs n’ayant pas l’appétence habituelle des banques pour le risque devrait déclencher davantage d’opportunités pour le secteur de la dette privée.»

Pour compiler l’étude, KPMG dit avoir «reçu des données de huit dépositaires agissant sur le marché et représentant 661 fonds (ou compartiments) investissant dans la dette privée.» Les données annuelles font référence aux chiffres arrêtés au 30 juin de chaque année.

L’étude K PMG/A lfi debt fund survey 2021  a été publiée le 30 novembre.

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.