LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Immanquable du week-end

«Slow Teleport» s’active au Kirchberg



Dessin du concept élaboré par Schweder+Shelley pour «Slow Teleport». (Illustration: Schweder+Shelley)

Dessin du concept élaboré par Schweder+Shelley pour «Slow Teleport». (Illustration: Schweder+Shelley)

Initiée dans le contexte du projet biennal «1+1», la performance «Slow Teleport» se déroule actuellement au Kirchberg, à quelques mètres au-dessus du sol et du labyrinthe du Parc central.

Les artistes new-yorkais Alex Schweder et Ward Shelley ont été sélectionnés pour intervenir dans le cadre du projet biennal «1+1» initié par le Fonds Kirchberg et le Casino Luxembourg. À partir de dimanche 23 juin, ils activent leur installation «Slow Teleport», qui consiste à traverser le labyrinthe du Parc central au Kirchberg sans jamais toucher terre.

Pour ce faire, l’équipe construit des ponts à partir d’éléments modulaires qu’ils ont préalablement fabriqués et qui leur permettent de rejoindre des points de ravitaillement répartis sur leur parcours jusqu’à l’arrivée située à l’autre extrémité du labyrinthe. Pendant ce temps, les visiteurs sont invités à aller à leur rencontre et à découvrir leur performance.

Vivre et se déplacer au-dessus du sol

Présents au Luxembourg depuis déjà quatre semaines, les deux artistes ont travaillé à la brigade du Fonds Kirchberg pour préparer tous les éléments en bois dont ils vont se servir pour leur traversée atypique et artistique du labyrinthe.

Installés dans un habitacle portable, Alex Schweder et Ward Shelley, ainsi que leurs collègues Matthew Brown et Clemens Klein, vont vivre pendant une dizaine de jours, à partir de dimanche, suspendus au-dessus du labyrinthe, avec, pour objectif, de parvenir à le traverser sans jamais toucher le sol, et n’ayant comme interaction avec l’extérieur que les contacts noués avec les visiteurs.

Pendant la construction de «Slow Teleport». (Photo: Casino Luxembourg)

1 / 3

Schweder+Shelley, «Slow Teleport», l’objet assemblé, labyrinthe du Parc central, Luxembourg, 2019. (Photo: Casino Luxembourg)

2 / 3

Vue du labyrinthe avec les stations de ravitaillement. (Photo: Casino Luxembourg)

3 / 3

«Nous embarquons dans notre structure tout le matériel nécessaire à la fois à la construction du parcours et à notre survie», explique Ward Shelley. «Une de nos premières missions sera de rejoindre le point de ravitaillement 1 et de nous construire les toilettes», s’amuse-t-il à préciser.

Mais au-delà de ces questions de survie, les artistes sont intéressés à observer et mettre en évidence comment les bâtiments, l’architecture d’une manière générale peuvent modifier notre comportement, notre interaction les uns envers les autres. «Slow Teleport» est une pièce temporaire de «performance architecture», un terme apparu en 2007 pour décrire le travail de Schweder+Shelley. «Nous exagérons le système architectural pour questionner l’interaction entre celui-ci et notre comportement», explique Alex Schweder.

«Notre structure est très schématique, bien trop grande pour passer à travers les haies du labyrinthe, bien qu’elle soit équipée de roues. Au fur et à mesure de la performance, elle va se transformer, se dissoudre en pont, un objet mystérieux qui passera au-dessus des haies, jusqu’à rejoindre l’écran LED qui est notre point d’arrivée. Tout au long du parcours, nous voulons interpeller les passants, discuter avec les visiteurs et essayer d’attirer l’attention sur notre action.» Tout cela sans jamais descendre de leur habitacle. À la fin de leur performance, la structure restera sur place, et leur action sera visible sur l’écran grâce au film tourné pendant la performance.

Développer l’art dans l’espace public

«Depuis les années 1980, le Fonds Kirchberg met en place de l’art dans l’espace public», rappelle Katrijn Van Damme, quartier manager au Fonds Kirchberg. «Cette approche invite les usagers du Kirchberg à se promener et à découvrir autrement le quartier, à le voir aussi comme un espace vivable, et pas seulement dédié à l’accueil de leur lieu de travail.» C’est donc dans cette perspective, et pour mieux faire connaître et mettre en valeur le labyrinthe du Parc central, que le Fonds Kirchberg collabore avec le Casino Luxembourg pour passer tous les deux ans une commande à un artiste, sélectionné sur concours, qui réalise une œuvre éphémère pendant l’été.

«Après l’installation de l’œuvre ‘Dendrite’ de Michel de Broin et ‘Recto Verso’ de Wennig & Daubach en 2017, nous nous sommes demandé comment poursuivre cette initiative. Pour cette année, nous avons souhaité développer le principe d’une résidence-performance combiné à un projet», explique Kevin Muhlen, directeur du Casino Luxembourg. Ce projet de ‘Slow Teleport’ est le neuvième projet que font ensemble Schweder+Shelley.

Cette infrastructure en bois, éphémère, adaptable et ouverte entre fortement en contraste avec les architectures imposantes du Kirchberg. Une architecture dite performative, enjouée et ludique, et qui incite surtout à l’interaction, pointant par là même une critique envers l’architecture liée aux besoins des entreprises. Une téléportation lowtech pour une traversée artistique et extrême.

Lancement de la performance dimanche 23 juin à partir de 12h. Musique assurée par Grizz-Li et activités prévues pour les enfants et familles.

Performance du 23 juin au 3 juillet, 24h/24. Installation visible jusqu’au 29 septembre.