PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

Monnaie électronique

Satispay assure ses arrières au Luxembourg



226238.jpg

En pleine croissance, la fintech italienne avait ouvert un bureau à Londres pour préparer sa croissance internationale. Brexit aidant, elle a une licence au Luxembourg. (Photo: Satispay)

À Milan, mardi, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a annoncé que la fintech italienne Satispay a obtenu sa licence d’établissement de monnaie électronique. De quoi gérer un Brexit potentiel.

«Après une analyse approfondie du marché, nous avons trouvé au Luxembourg un environnement extrêmement professionnel, avec un régulateur bien préparé offrant des garanties de sécurité et de correction du marché, tout en garantissant aux nouveaux entrants la possibilité d’exercer leurs activités dans un cadre réglementaire propice à la croissance et respectant les objectifs du marché.»

Le CEO de Satispay, Alberto Dalmasso, respire. La licence d’établissement de monnaie électronique, que le Luxembourg annonce lui délivrer à l’occasion d’un déplacement du ministre des Finances, Pierre Gramegna, à Milan, va lui permettre de moins se soucier du Brexit.

226114.jpg

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, et les dirigeants de Satispay.  (Photo: Lhoft)

Car c’est à Londres que cette fintech, classée dans le «Fintech 250» de CB Insights l’an dernier, avait choisi d’ouvrir des bureaux pour s’attaquer à l’international. Née en Italie en 2013, elle y emploie 70 personnes.

550.000 clients, 1.000 de plus chaque jour, choisissent cette solution de paiement qui passe par une application et un compte bancaire traditionnel. Il n’y a pas de matériel particulier à installer, seuls les commerçants paient une commission de 0,20 euro par transaction au-delà de 20 euros.

Selon l’Observatoire du paiement mobile et du commerce de l’Université polytechnique de Milan, Satispay était impliquée dans 50% des transactions via smartphone en 2017 qui représentaient 70 millions d’euros.

Depuis sa création, la fintech a levé 42 millions d’euros auprès de banques italiennes et d’investisseurs privés.

Déjà présente dans la Lhoft depuis septembre, Satispay a annoncé, à l’occasion de la venue du ministre luxembourgeois, qu’elle avait nommé Giorgio Ponticelli au poste de chef du développement international pour s’attaquer aux marchés luxembourgeois et allemand dans les mois qui viennent.