ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Espace de bureaux

Rénovation de la Villa Safra



La Villa Safra se trouve le long du boulevard Joseph II à Luxembourg. (Photo: Colliers International)

La Villa Safra se trouve le long du boulevard Joseph II à Luxembourg. (Photo: Colliers International)

La Villa Safra, située au carrefour du boulevard Joseph II et de l’avenue Monterey à Luxembourg, vient d’être rénovée par Colliers International. Le caractère historique et patrimonial est conservé, tout en remettant l’intérieur aux normes et exigences actuelles.

La Villa Safra fait partie de cet ensemble de villas localisées à la lisière des parcs du centre-ville de Luxembourg et est située en secteur protégé. Témoin des constructions du XIXe siècle, une partie de la bâtisse ne peut être modifiée: les façades, mais également les plafonds moulurés du rez-de-chaussée.

La villa est propriété de la banque Safra Sarasin, qui a quitté les lieux pour les mettre en location. À cette occasion, une mise en conformité devait être réalisée, tout comme une rénovation des intérieurs pour répondre aux exigences actuelles permettant d’accueillir un nouveau locataire.

Intervenir dans l’existant

Un des grands défis de cette rénovation a été d’introduire une technique moderne dans une bâtisse ancienne. Par ailleurs, l’aménagement intérieur existant avant la rénovation ne convenait pas aux futurs locataires qui aspiraient à un environnement de travail plus clair et contemporain. Pour autant, certains éléments protégés, comme les plafonds moulurés au rez-de-chaussée, ne pouvaient être modifiés. Il a donc fallu agir avec parcimonie et délicatesse afin de ne pas dénaturer ce caractère patrimonial. C’est ainsi que les plafonds anciens ont été préservés et restaurés, tout comme une partie des boiseries murales dans les salons de réception du rez-de-chaussée.

Afin de répondre aux besoins actuels en matière de chauffage, d’électricité, d’informatique, de sécurité, l’ensemble des systèmes a dû être changé. De nouveaux sanitaires et une nouvelle kitchenette ont été mis en place pour le confort des futurs utilisateurs.

«Nous avons dû trouver des astuces pour faire passer de nouvelles gaines sans pour autant dénaturer les lieux. C’est comme cela que nous avons fait passer une partie de la technique dans les anciens conduits de cheminée par exemple», explique Eddy de Decker, responsable du design et du project management pour Colliers International. «Nous avons aussi réussi à passer une grande partie du câblage technique dans l’épaisseur des chevrons du parquet existant, évitant ainsi de devoir créer de nouvelles gaines techniques.»

Les salons du rez-de-chaussée ont été refaits. (Photo : Colliers International)

1 / 8

Les plafonds anciens avec moulures sont désormais restaurés. (Photo : Colliers International)

2 / 8

Dans les salons du rez-de-chaussée se trouvent de nouvelles salles de réunion.  (Photo : Colliers International)

3 / 8

Les boiseries anciennes ont été rénovées. (Photo : Colliers International)

4 / 8

Un nouveau coin cuisine a été installé. (Photo : Colliers International)

5 / 8

Dans les bureaux, des espaces informels ont été implantés pour les équipes. (Photo : Colliers International)

6 / 8

Le premier étage est maintenant libéré de ses faux plafonds et aménagé avec un parquet au sol. (Photo : Colliers International)

7 / 8

Derrière les boiseries d’époque se cachent de nouveaux radiateurs. (Photo : Colliers International)

8 / 8

Le revêtement de sol a été changé à certains endroits, restaurés à d’autres, comme le parquet qui a été poncé ou le marbre de la cage d’escalier qui a pu être récupéré sous l’ancienne moquette.

«Nous avons par ailleurs retiré toutes les caissettes de plafond qui servaient autrefois pour la production de chaud et les avons remplacés par des convecteurs réversibles bien plus efficaces et discrets», détaille Eddy de Decker.

À l’extérieur, les interventions ont été minimes et relèvent plus du nettoyage et de l’entretien.

Un projet clé en main

Comme pour beaucoup de bâtisses anciennes, la documentation de l’existant est absente. Aussi, les surprises peuvent survenir à tout moment au cours des travaux. «Le risque sur ce type de chantier est assez élevé. Il est donc préférable pour les propriétaires de travailler avec une entreprise générale qui assume ce risque à part entière», assure Yves Meert, CEO de Colliers International Luxembourg. «Nous avions déjà eu l’occasion de travailler avec la banque Safra Sarazin et nous étions très honorés de pouvoir continuer cette collaboration pour ce nouveau projet.» Par la suite, Colliers International a été sollicitée, par le nouveau locataire, pour aménager les nouveaux espaces de bureaux. «Cela nous a permis de maintenir le même niveau de qualité et d’exigence pendant toute la durée des travaux, ainsi que de limiter le nombre d’intervenants pendant la période du chantier qui était par ailleurs très serrée puisqu’elle était de 6 mois seulement», détaille Eddy de Decker. Cela permet aussi d’avoir un projet clé en main pour une rénovation qui préserve l’âme du bâtiment.

«Nous sommes conscients de la valeur patrimoniale sur laquelle nous sommes intervenus. À plusieurs endroits, nous aurions pu réaliser une marge bien plus importante, mais nous avons préféré privilégier la qualité et réalisé un travail de passionnés, un travail qui correspond aussi à nos valeurs, comme nous avons pu le démontrer à l’occasion de la rénovation du bâtiment qui accueille actuellement  Welkin and Meraki . Cette approche nous a permis de réaliser un projet plein d’émotion et de passion. Et nous sommes très fiers de cela», conclut Yves Meert.