BRAND VOICE — PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Baloise VIE LUXembourg

Le Private Equity intègre le contrat d’assurance-vie



Aurélie Bieche (Bâloise Vie Luxembourg), Samia Rabia (Wildgen), Frédéric Sauvage (Bâloise Vie Luxembourg), et Rajaa Mekouar (LPEA). Baloise,  montage photo Maison Moderne

Aurélie Bieche (Bâloise Vie Luxembourg), Samia Rabia (Wildgen), Frédéric Sauvage (Bâloise Vie Luxembourg), et Rajaa Mekouar (LPEA). Baloise, montage photo Maison Moderne

Le Luxembourg s’inscrit comme acteur décisif du secteur du Private Equity grâce entre autres à une législation favorable. Le «PE» a bien réagi face à la situation actuelle et continue d’attirer des investisseurs. Il trouve désormais de plus en plus sa place dans les contrats d’assurance-vie.

Malgré la situation actuelle et une baisse d’activité en deal making, le secteur du Private Equity reste confiant et optimiste pour l’avenir, notamment au Luxembourg: «Quel que soit le contexte, le reporting et la gestion des opérations courantes ne s’arrêtent pas. Ce qui a ralenti, ce sont les nouvelles incorporations pour de nouveaux investissements ou fonds. L’une des forces du Luxembourg reste d’être sur tous les maillons de la chaîne de valeur du PE, du back office au front office», indique Rajaa Mekouar, CEO de LPEA. L’impact sur les valorisations des entreprises en portefeuille est désormais avéré, avec un ajustement à la baisse de 10 à 20% déjà annoncé par les 5 géants du PE cotés en bourse (Carlyle, Blackstone, KKR, Ares Management et Apollo, ndlr). Mais il faut encore attendre la fin de ce second trimestre pour la publication des valeurs actuelles nettes qui reflèteront plus pleinement l’impact de la crise. Mais la performance du PE ne se mesure pas sur 1-2 trimestres, mais bien plus sur 4-5 ans et la crise de 2008-09 l’a confirmé, avec d’excellents rendements pour celles des firmes PE qui ont investi à partir de ce moment-là (les fonds du «vintage» 2009-2010 notamment).

La raison d’être du PE? Contribuer activement à la croissance économique en soutenant notamment les entreprises sans accès aux financements bancaires, ce qui se traduit par la création d’emplois et l’innovation technologique. Ce qui se sait peu, c’est qu’«en volume, le PE finance à 80% des TPE-PME, à travers du capital-développement, même si en termes de valeur, les LBO représentent encore plus de 70% des investissements. Dans la gestion de la crise, il est important, plus que jamais, que les firmes PE démontrent leur pertinence en soutenant activement leurs entreprises en portefeuille, et en communiquant de manière plus systématique auprès des leaders dopinion politique. Il faut savoir quen fin de compte, les firmes de PE investissent largent de Monsieur et Madame Tout-Le-Monde, car les caisses de retraite et fonds de pension en sont les plus gros bailleurs de fonds.»

Le Private Equity devrait continuer d’attirer de plus en plus d’investisseurs à la recherche de rendements stables sur le long terme, quelle que soit la volatilité à court terme. Cela concerne désormais les banques privées, les fortunes individuelles et aussi les sociétés d’assurance-vie.

Le Luxembourg, eldorado du Private Equity

Chez nous, le PE attire les investisseurs internationaux grâce à ses larges possibilités et la pertinence de la législation qui l’entoure. «Il est intéressant de noter que l’écrasante majorité des plus grandes maisons de Private Equity sont représentées au Luxembourg», déclare Samia Rabia, Partner chez Wildgen.

En France, la loi Pacte 2019 a permis d’améliorer le financement des entreprises et d’amener des changements en matière d’assurance-vie. «La loi étend la possibilité pour les contrats d’assurance-vie en unités de compte de s’exposer plus largement aux fonds de Private Equity.» Cet exemple montre que l’imbrication des investissements en PE aux contrats d’assurance-vie permet de décloisonner son utilisation et viser un public plus large. «L’ouverture de ces contrats au Private Equity est aussi une réponse à une exigence de performance des fonds sous-jacents aux contrats dans une période difficile avec des taux d’intérêt particulièrement bas.» À l’avenir, les ponts entre ces deux secteurs devraient se renforcer.

Un investissement sur la durée mais risqué

Populaire, le Private Equity intègre de plus en plus les contrats d’assurance luxembourgeois. «Cet actif convient parfaitement à l’investissement à long terme et est décorrélé des marchés financiers. Il attire vers lui une série d’investisseurs relativement sophistiqués à la recherche d’investissements dans des actifs différenciants», précise Frédéric Sauvage, Directeur commercial de Bâloise Vie Luxembourg.

Les clients qui choisissent le Private Equity dans les contrats d’assurance se tournent vers les compagnies luxembourgeoises capables d’intégrer cet actif grâce à leur savoir-faire. «Il y a une cohérence en termes de durée entre les besoins dans l’investissement private equity et la réalité des contrats d’assurance-vie.» Ce type d’actif offre un rendement sur le long terme beaucoup plus élevé et correspond à la position d’un investisseur en contrat d’assurance.

Le Private Equity n’est toutefois pas destiné à tous. «Il est réservé à un certain type de clients, plutôt fortunés. Il s’agit d’une question de montant mais aussi de goût pour le risque. Il faut que le client souhaite investir dans des actifs risqués», explique Aurélie Bieche, Wealth Planner. En effet, l’horizon d’investissement est long et le risque de perte de capital élevé.