POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Healthtech

Partenariat pour soigner les malades du cerveau



268065.jpg

La solution technologique développée par Hanalytics avec les spécialistes luxembourgeois est l’une des premières au monde à être certifiée CE pour les malades du cerveau. (Photo: Shutterstock)

Dans le cadre de la conférence «Bringing innovation to the healthtech market», jeudi à Luxembourg, en présence d’Étienne Schneider, un partenariat a été signé entre Hanalytics et les Hôpitaux Robert Schuman pour une solution d’analyse radiologique basée sur l’intelligence artificielle appelée BioMind.

«Nous utilisons l’intelligence artificielle pour aider les médecins à mieux analyser le diagnostic et le traitement, et à accélérer la diffusion des informations, améliorant ainsi les résultats pour les patients», a expliqué Raymond Moh, le CEO de Hanalytics, société de Singapour installée au Luxembourg depuis juillet, grâce à Luxinnovation et la House of Entrepreneurship.

Cette première application certifiée CE, utilisée notamment pour les malades du cerveau, a séduit les radiologues des Hôpitaux Robert Schuman (HRS), intéressés pour la mise en place de cette solution innovante d’analyse d’images radiologiques.

«L’entreprise et l’hôpital collaborent à la mise en œuvre de l’application d’AI dans le domaine de la radiologie. Nous travaillons ensemble à son évaluation et à son amélioration afin de mieux l’intégrer dans nos flux de données cliniques», précise le Dr Damien Dietrich, directeur médical en charge de la digitalisation au sein des HRS.

200 experts à la pointe de l’innovation médicale

«Nous avons la chance de travailler dans une spécialité, la radiologie, à la pointe de l’innovation et de bénéficier rapidement d’applications cliniques issues de la recherche en physique et plus récemment en informatique», complète le Dr Jean-Baptiste Niedercorn, représentant des radiologues au sein des HRS et membre du comité de la Société luxembourgeoise de radiologie. «Allant au-delà du CAD (computer-assisted diagnostic), déjà utilisé depuis des années, par exemple en mammographie pour la détection de lésions, les nouvelles solutions d’intelligence artificielle nous permettront, dans un futur proche, d’affiner nos diagnostics et d’améliorer le suivi de nos patients.»

La signature de ce protocole d’accord est intervenue dans le cadre de l’événement «Bringing innovation to the healthtech market», qui s’est tenu jeudi à l’European Convention Center à Luxembourg. Organisé par les clusters Healthtech, ICT and Materials & Manufacturing gérés par Luxinnovation, cette conférence a réuni plus de 200 personnes.

«Le Luxembourg abrite un secteur des technologies de la santé jeune et dynamique, avec des activités de santé numérique, des infrastructures informatiques solides et des capacités de production avancées», a expliqué le ministre de l’Économie et de la Santé, Étienne Schneider .

«Accordant une attention particulière à l’aspect réglementaire des innovations dans le domaine de la santé, le Luxembourg offre les principaux atouts requis pour permettre aux entreprises de développer et d’introduire avec succès, sur le marché national et européen, des solutions healthtech innovantes qui façonneront l’avenir de la santé en Europe.»

«Je suis heureux de constater que les acteurs traditionnels luxembourgeois du secteur des matériaux tels que Dupont, Molecular Plasma Group, Anisoprint, eXStream et Ceratizit explorent déjà les opportunités du marché de la santé», s’est réjoui M. Schneider.