COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Expo

Will Kreutz: «Ce n’est pas la retraite pour moi!»



Will Kreutz: «Je veux juste œuvrer différemment à présent.» (Photo: Julien Becker / Archives)

Will Kreutz: «Je veux juste œuvrer différemment à présent.» (Photo: Julien Becker / Archives)

L’«enfant terrible» de la communication, Will Kreutz, fondateur de l’agence made by sams, kreutz and friends et addedvalue, a décidé de donner un nouveau tournant à son parcours professionnel et organise à cette occasion une exposition de ses «amis» dans le contexte de goodbyemonopol2.

«J’ai décidé de ne plus travailler en structure et de mettre un terme à kreutz and friends, créée en 2000 avec Sumo», explique Will Kreutz. Pour expliquer ce changement de cap, il dit avoir désormais choisi d’être consultant indépendant, même si il va conserver certains clients avec qui il a des relations de longue date.

«Mais en aucun cas je ne tourne le dos au marché. Je fais juste le constat que, parce que je suis actif depuis 1979, j’ai un peu fait le tour de la scène. J’ai donc travaillé avec tout le monde, et même plusieurs fois avec certains. Je veux juste œuvrer différemment à présent, prendre le temps pour avoir du recul. Mais ce n’est vraiment pas l’heure de la retraite pour moi!»

Cette exposition se veut un clin d’œil à un logo «bonhomme» créé en 2000 au sein de kreutz and friends qui s’inspirait de la forme de la croix.

«Régulièrement, nous avons transformé ce personnage, cet 'ami', pour lui faire prendre le costume de personnalités célèbres, répondre à l’actualité… C’était devenu un véritable exercice de style que nous publions sur Facebook et le site. Avec tous les 'amis' produits, nous en avons créé environ 500, j’ai fait une sélection de 365, autant de jours qu’une année, et les ai fait imprimer sur toile.»

Cette exposition permet de clôturer cette aventure. Les toiles seront exposées au ras du sol. Les tableaux seront en vente, au prix de 175€, et 10% des bénéfices iront à une œuvre caritative.

Urban art

Quant au succès des goodbyemonopol, Will Kreutz le juge «incroyable».

«Les cinq premiers jours, nous avons eu entre 15.000 et 16.000 personnes! En plus, le public est très éclectique. Après le succès de la première édition en 2012, il était évident que je voulais me lancer dans une nouvelle édition. Nous avons donc cherché un nouveau lieu et investi l’ancien siège et les dépôts des anciens magasins monopol, ce qui représente plus de 5.000 m2 intérieurs, et 6.000 m2 extérieurs, avec 8 m de hauteur sous plafond. Le lieu est vraiment gigantesque. C’est une plateforme très intéressante pour les artistes de l’urban art.»

Par contre, il dit avoir été «très déçu» par les institutions qui n’ont pas osé l’accompagner lui et ses amis, et les soutenir dans leur démarche.

«Goodbyemonopol2, c’est tout de même un budget de 300.000 euros dont la moitié a été nécessaire pour la mise en conformité du lieu et l’infrastructure. Mais le mieux pour se rendre compte de ce projet est de venir le voir sur place. L’exposition est une nouvelle occasion pour cela.»

Will Kreutz sells his friends, vernissage ce 15 novembre 2013 à partir de 18h00, dans le hall 1 du site goodbyemonopol2, 242, route d'Esch à Luxembourg (Gasperich).