ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Audience au tribunal de commerce

Vers une mise en faillite de l’Hôtel Alfa



Après plus de deux mois sans revenu, les salariés de l’Hôtel Alfa pourraient voir le bout du tunnel avec l’annonce attendue vendredi de la mise en faillite d’Alfa Hôtel sàrl. (Photo: Maison Moderne/archives)

Après plus de deux mois sans revenu, les salariés de l’Hôtel Alfa pourraient voir le bout du tunnel avec l’annonce attendue vendredi de la mise en faillite d’Alfa Hôtel sàrl. (Photo: Maison Moderne/archives)

Plus de deux mois après la fermeture brutale des portes de l’établissement de la place de la Gare, le tribunal de commerce s’est penché lundi sur une éventuelle liquidation d’Alfa Hôtel sàrl. Décision attendue vendredi.

Les quelque 70 salariés de l’Hôtel Alfa, sur le carreau depuis la mi-mars suite à la fermeture brusque de l’établissement, pourraient voir leur situation se débloquer vendredi. Selon L’essentiel, c’est à cette date que le tribunal de commerce rendra son verdict dans cette affaire, qui oppose la société Alfa Gestion, propriétaire des murs, et Alfa Hôtel sàrl, propriétaire du fonds de commerce et employeur des personnels, gérée par Rolphe Reding.

Une décision qui interviendra quatre jours après la tenue, lundi, d’une audience entre les représentants des deux parties. Outre la question de la dette de 2,5 millions d’euros que doit la société de Rolphe Reding aux propriétaires des murs, celle de l’avenir des salariés sera au cœur des attentes. Car la mise en faillite officielle de l’établissement leur permettra d’être libérés de leur engagement contractuel, et donc de pouvoir s’inscrire dans une agence pour l’emploi afin de tenter de retrouver un nouvel employeur.

Un premier pas qui devrait également leur permettre de bénéficier d’une aide financière, après plus de deux mois d’absence de revenus. Lors d’un piquet de protestation effectué mi-mai, les salariés indiquaient en effet que, malgré les promesses de leur employeur, tous les salaires du mois de mars n’avaient toujours pas été versés, tandis que ceux des mois d’avril et mai ne l’avaient pas été.