POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Nouvelle initiative

Vers un cluster pour les «industries créatives»



Le nouveau cluster devrait être situé non loin du 1535°, dont la structure va être renforcée. (Photo: archives paperJam)

Le nouveau cluster devrait être situé non loin du 1535°, dont la structure va être renforcée. (Photo: archives paperJam)

Le gouvernement soutient le projet émanant du secteur créatif (au sens large) de créer un cluster pour représenter ses intérêts. Et mettre en lumière le poids économique des professionnels concernés.

Les six clusters hébergés sous l’ombrelle de Luxinnovation devraient sous peu être rejoints par un septième, consacré aux industries dites créatives (cluster IC).

Une appellation qui concerne une vaste gamme de métiers, de l’artisanat d’art au graphisme, design, stylisme, en passant par les médias, le cinéma, la musique… voire l'architecture. La demande émane de la base, à savoir des professionnels concernés, qui se sont réunis pour fédérer leurs besoins et les exprimer dans un document de travail remis au gouvernement.

Il est grand temps de tenir compte de l’impact économique des industries créatives.

Francine Closener, secrétaire d'État à l'Économie

Leur objectif est de démontrer «que les acteurs des industries créatives ont une fonction importante pour la société luxembourgeoise tant au niveau économique que culturel et social, dans le but de mieux les promouvoir et supporter un développement sectoriel», stipule le document, ce qu’avait d’ailleurs déclaré le Premier ministre, également en charge de la Culture, de la Communication et des Médias, lors des Media Awards 2016.

Le ministère de l’Économie, récipiendaire du document de travail coordonné par Tania Brugnoni, Jan Glas, Anna Loporcaro et Olivier Zephir, et ministère de tutelle pour les clusters, soutient ce nouveau projet, comme l’a confirmé jeudi Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie: «Il est grand temps de tenir compte de l’impact économique des industries créatives, qui a la même portée que leur impact culturel et social.»

Des clés à répartir

«Si l’on considère par exemple le design, il n’a pas qu’un rôle esthétique, mais une fonction centrale dans l’économie circulaire ou dans les projets technologiques», fait remarquer à Paperjam.lu Francine Closener. «Ce cluster fait du sens dans notre approche de la promotion économique, qui repose sur des synergies.»

Le cluster IC servira d’intermédiaire entre le gouvernement, le secteur privé, le secteur public, le secteur des industries créatives ainsi que le citoyen (consommateur). Un nœud d’idées et d'actions qui pourrait être logé à proximité du 1535° Creative Hub de Differdange où a été inauguré hier un nouveau FabLab.

À noter que le 1535° devrait, selon toute vraisemblance, bénéficier de plus de moyens grâce à une joint-venture qui doit être créée entre la Ville de Differdange et l’État luxembourgeois. Un accord de principe vient d’être signé à ce sujet. 

Concernant le cluster IC, l’heure est désormais à la définition des besoins pour un lancement courant 2017. L’engagement de deux personnes, dont un cluster manager, est prévu, selon les clés de répartition du financement qui resteront à définir. Quelque 750.000 euros ont été estimés nécessaires pour les deux premières années de fonctionnement.