POLITIQUE & INSTITUTIONS

Terminal multimodal

Une porte d’entrée sur le point de s’ouvrir



Débuté en févier 2014, le plus important chantier du Grand-Duché suit son cours. D’une surface totale de 33 hectares, le futur terminal multimodal doit permettre de multiplier par quatre la capacité de gestion des flux pour CFL Multimodal. Début d’activité prévu d’ici la fin de l’année.

Illustration grandeur nature des ambitions luxembourgeoises en matière de logistique, le terminal multimodal de Bettembourg/Dudelange se veut être le plus grand chantier mené actuellement. Étendu sur 33 hectares, le site prévoit la construction d’un parking de 840 places pour semi-remorques, une capacité de stockage de 3.500 conteneurs et la création de centaines de nouveaux emplois à moyen terme.

Des chiffres encore abstraits, mais qui prennent de la consistance en se promenant sur le site, parcouru par un ballet incessant d’engins de chantier et de camions à côté desquels s’activent des centaines d’ouvriers.

1 / 5
2 / 5
3 / 5
4 / 5
5 / 5

Car outre les voies et les nouvelles infrastructures, le futur terminal doit également centraliser les personnels de CFL Multimodal, dont le nombre est estimé entre 300 et 400 personnes. Sans oublier la présence des fonctionnaires de l’Administration des douanes et accises, seuls habilités à réaliser les contrôles sur les marchandises transitant par la plateforme multimodale.

Rendu nécessaire par la volonté des autorités de faire du pays une porte d’entrée logistique incontournable en Europe, le chantier doit permettre de quadrupler les capacités par rapport à l’ancien terminal, actif depuis 1979. Et ce, non seulement grâce au doublement du nombre de voies dédiées au transvasement des marchandises entre les trains et/ou les camions, mais aussi via l’allongement d’une partie de ces infrastructures.

Le nouveau terminal sera ainsi doté de quatre voies de combiné, permettant de mêler différent modes de transport, et de deux plateformes d’autoroutes ferroviaires, capables d’embarquer directement les cargaisons chargées dans des semi-remorques. De 350 mètres dans l’ancien site, ces plateformes atteignent désormais 700 mètres, soit la longueur nécessaire à l’accueil d’un train complet.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Cette hausse de capacité s’accompagne du déploiement de nouvelles machines, capables de supporter le chargement de 300.000 conteneurs annuellement. Ce sera le rôle des deux nouvelles grues portiques, capables de se déplacer le long des 700 mètres des voies de combiné et de transporter des conteneurs sur une portée latérale de 78 mètres. Deux outils achetés 6 millions d’euros pièce.

Lancé en février 2014, le chantier devrait prendre fin d’ici quelques mois pour une mise en activité «encore probablement d’ici la fin de l’année», indique une porte-parole de CFL Multimodal. «Mais cette entrée en service ne devrait être que partielle». L’ouverture totale ne devrait se faire qu’«au cours de l’été 2017», estime-t-elle. Selon toute vraisemblance, ce sont les quatre voies de combiné, ainsi qu’une des deux autoroutes ferroviaires qui entreront en service. La seconde le sera quelques mois plus tard, en même temps que le parking ainsi que les bâtiments administratifs et techniques.

L’avenir du terminal actuel est également assuré, puisque ce dernier sera reconverti en «centre routier sécurisé». Autrement dit, en zone réservée aux chauffeurs des clients du terminal intermodal et du parc logistique dans laquelle seront installés, «à moyen terme» selon la porte-parole, différents équipements dont une station-service, des installations sanitaires, un service de catering et des espaces de repos. Au final, une fois l’ensemble des installations en activité, le terminal sera en lien direct avec la zone de triage et le parc logistique, où est implanté le nouvel entrepôt de 30.000 m2 de CFL Multimodal. Coût total du projet: 240 millions d’euros.

Le futur terminal s’intègre à proximité immédiate du triage et du parc logistique. (Photo: CFL Multimodal)